Il eût fallu un livre entier pour narrer par le menu les multiples actions, rencontres et échanges qui ont émaillé le séjour des volontaires fosséens dans la ville jumelle de Hann Bel-Air ! La galerie de photos ci-dessus en témoigne. Elle retrace pour commencer un atelier de création de bijoux animé par le président, Amédée Piloni, avec des enfants de la Croix-Rouge sénégalaise encadrés par Amy Mbaye.

L'équipe fosséenne a pu participer symboliquement au chantier de la Maison des pêcheurs durant la demi-journée du vendredi matin, tout le Sénégal s'étant ensuite mis en pause le temps du match des Lions de la Teranga, vainqueurs du Qatar dans une liesse nationale ! Durant ces trois heures de travail, les bénévoles ont charrié force seaux remplis de sable, de gravier et d'eau, participé à la fabrication du béton et même coulé les ferraillages. Qu'ont ressenti en cette occasion les Fosséens ? « Du bonheur !, répond Fabienne Édet, dite Fatoumata. On est satisfait d'avoir mis la main à la pâte même si c'était léger. C'est l'attente que j'avais depuis le début. » Valérie Claessen, fille de maçon « et fière de l'être », abonde dans son sens : « J'étais dans mon élément », se réjouit-elle, un grand sourire aux lèvres. Son mari Alain insiste sur l'état d'esprit : « On ne parle pas d'une équipe sénégalaise et d'une équipe française mais d'une seule équipe, qui va dans la même direction. C'est ce que j'ai ressenti ce matin. » Rémy Tamas est lui aussi satisfait : « Même si c'était moins intense que mon dernier chantier solidaire de 2019, j'étais content de pouvoir y participer, ne serait-ce qu'une demi-journée. C'était important pour nous. » Quant à Amédée Piloni, il se félicite de « ce contact avec la population, avec les ouvriers, l'entrepreneur, la cheffe de chantier, ingénieure de la Ville de Hann, Khady Dieng-Dia. C'est ce que nous cherchons ici à chaque fois. »

Les membres de l'association ont également visité l'Assemblée nationale, à l'invitation du conseiller Aliou Fall, élu de Hann Bel-Air et président de la commission Coopération internationale. Le député-maire de Hann Bel-Air, Babacar Mbengue, en pleine session budgétaire, a pris le temps de saluer ses « amis de Fos », qu'il a invités à déjeuner le lendemain.

 

Une réunion de travail a aussi réuni les membres de l'association et le Premier adjoint Makhtar Diao avec le Comité local de pêche artisanale, dans le cadre du projet de création d'une zone de pêche protégée, pour leur livrer le retour d'expérience de 40 ans du Parc marin de la Côté bleue. Alain Claessen avait à cet effet filmé son entretien avec Frédéric Bachet, le responsable scientifique de cette réserve, qui a exposé tous les bienfaits procurés à la ressource halieutique par sa création.

 

De retour sur les traces de leurs précédents chantiers, les bénévoles fosséens se sont rendus à l'école Doudou Mbathie, où ils avaient co-créé bibliothèque et théâtre de verdure, où les enfants de la Croix-Rouge leur ont fait une démonstration des gestes de premiers secours et ont entonné plusieurs chants en leur honneur. Autre visite, celle de la Maison du partage, destinée aux associations locales du quartier Montagne 6 et édifiée en 2019. Ils ont également rencontré Kassoum Anne, professeur à l'école polytechnique de Dakar, qui a travaillé avec ses élèves sur des matériaux « verts » pour le chantier de la Maison des pêcheurs. Enfin, après la réunion de bilan entre les deux comités de jumelage, côté hannois et fosséen, les Frères Guissé, artistes internationaux amis de longue date de l'association, ont offert un concert privé pour la dernière soirée à La Voile d'or, camp de base des bénévoles. Un séjour dense et fertile qui est passé beaucoup trop vite !