Faire barrage à l'extrême droite  

Au soir du premier tour de l’élection présidentielle, une majorité s'est portée sur la candidature de Marine Le Pen, à l’instar de plus de 20 036 communes de France. La candidate de l’ex-Front National devenu le Rassemblement National, recueille à Fos-sur-Mer 3653 voix, un score toutefois en retrait de 116 voix par rapport à 2017.

Fort de la politique de soutien du pouvoir d’achat pour tous les foyers fosséens, de l’accompagnement des jeunes et des seniors dans leurs besoins spécifiques, largement plébiscités lors des scrutins locaux, ce choix ne manque pas d’interroger.   

Il est vrai que sur le plan national, la politique menée depuis 5 ans par le Président Macron ne s’est pas portée sur l’aide aux plus démunis (pas d’augmentation du SMIC et des retraites) aux étudiants (baisse des APL), sans parler de la suppression de l’Impôt sur la Fortune, de la fermeture de 15 000 lits dans les hôpitaux, de la non-revalorisation des salaires des personnels soignants, du gel du point d'indice des fonctionnaires ou la réforme des retraites…

Pour autant, faut-il confier les clefs de la république à une présidente qui prône le repli sur soi, qui, l'espace d'une élection, masque son discours de haine et d'intolérance, ses attaques contre l'état de droit en faisant mine de découvrir les difficultés de nos concitoyens au travers d'un programme social auquel elle ne croit pas un seul instant ?  La réponse est bien évidemment non. C’est pourquoi avec les élus de la majorité municipale j’appelle à utiliser le bulletin Emmanuel Macron pour faire barrage à l’extrême droite. Fos-sur-Mer le 20 avril 2022