« Ce sont au total 11 m3 de dons qui ont été récoltés en moins de 3 semaines au profit des réfugiés ukrainiens, annonçait Jean Hetsch le 30 mars dernier sur ses réseaux sociaux. Produits d'hygiènes, médicaments, pansements, compresses, lait pour bébé et autres produits de première nécessité ont été emballés par une équipe de bénévoles. Ils seront acheminés en Pologne à la frontière avec l'Ukraine, où se sont réfugiés de nombreux habitants de la ville de Lutsk qui ont fui les combats. Une partie des dons sera destinée à ces réfugiés l'autre sera acheminée en Ukraine, à Lutsk. » La mobilisation des Fosséens a donc bel et bien été au rendez-vous, illustrée également par le vote en conseil municipal d'une subvention de 30 000 € pour l'Ukraine, via Cités Unies, tête de réseau des collectivités territoriales françaises engagées dans l’action internationale. Mais ce mouvement de solidarité connaît des prolongements, pour certaines familles qui disposent de place et souhaitent accueillir des réfugiés d’Ukraine. Elles peuvent se faire connaître en s’inscrivant sur la plateforme gouvernementale Je m’engage pour l’Ukraine (https://parrainage.refugies.info/), mais on n’y trouve que très peu d’informations concrètes : « La plateforme n’explique pas exactement à quoi les gens s’engagent, ce qui sera possible ou pas…, note Christiane Chouzenoux, la directrice du Centre communal d’action sociale (CCAS). Voilà pourquoi nous leur proposons de venir s’inscrire sur cette plateforme à la Maison de Fos, au CCAS, pour que nous leur apportions notre expertise et que nous puissions leur expliquer le type d’engagement que représente cet accueil, humain et solidaire, sur une durée qu’on ignore : trois semaines, six mois ? Qu’en sera-t-il de l’élan de solidarité dans six mois ? Il y a aussi la barrière de la langue, qu’il ne faut pas négliger au quotidien... Il ne s’agit pas de dissuader les familles mais de s’assurer qu’elles ont pleinement conscience de ce à quoi elles s’engagent. »

 

Une aide financière exceptionnelle

La Ville pourra ainsi recenser les familles fosséennes volontaires et les accompagner dans leur démarche. Y compris financièrement : le Conseil d’administration du CCAS votera le 11 avril prochain une délibération instaurant une aide financière exceptionnelle, pour deux mois maximum, d’un montant de 100 € par mois par personne accueillie et par membre de la famille accueillante. Cette aide permettra de « faire la soudure » en attendant la perception de l’Allocation demandeurs d’asile (Ada), accordée par l’État au bout de deux mois, au vu du récépissé d’une autorisation temporaire de séjour délivrée par la préfecture. « Cette aide sera l’occasion pour le CCAS de conseiller les familles en ce qui concerne les démarches administratives à mettre en œuvre pour les réfugiés », conclut Christiane Chouzenoux.

Renseignements : 04 42 47 71 00