«Quelle joie de vous revoir enfin ! ». Déclaration de Philippe Colard, le président de l’Amicale des pieds-noirs à l’occasion de l’assemblée générale de l’association, organisée fin novembre 2021, après plusieurs mois sans activité en raison de la crise sanitaire. Ce jour-là, la salle de la Maison pour tous était d’ailleurs bien garnie pour ce moment placé sous le signe des retrouvailles. Philippe Colard, se souvient : « Il y avait une véritable émotion, avec la joie de pouvoir nous retrouver enfin et nous projeter dans l’avenir afin d’organiser, de nouveau, tous ensemble, de grands rendez-vous. Notre association repose en effet sur deux piliers, le devoir de mémoire et le plaisir de partager de beaux moments de convivialité ». Parmi les événements prévus cette année, l’amicale va donc enfin pouvoir célébrer son 30e anniversaire, initialement programmé en 2020, mais annulé en raison de l’épidémie de Covid-19. Philippe Colard ajoute : « Nous avons vraiment envie de convier le plus grand nombre de personnes à venir nous rejoindre pour célébrer cet anniversaire. Le samedi 30 avril, nous organisons donc un grand concert de jazz à la Maison de la mer, avec la participation du Big band de Pélissanne, avec ses 18 musiciens et sa chanteuse, dirigé par Robert Diaz. Ce sera l’occasion d’écouter les plus grands morceaux de jazz ou encore de swing. Cet anniversaire sera donc à l’image des moments de partage organisés au fil de l’année, au travers de repas ou après-midi dansants, par les membres de l’Amicale et leurs amis, car l’association est ouverte à tous, pieds-noirs ou non." D’ailleurs Philippe Colard précise : « Lorsque nous faisons nos repas, nous sommes autant de pieds-noirs que d’amis. »

Le devoir de mémoire

Depuis sa création, L’Amicale des pieds noirs et leurs amis met un point d’honneur à maintenir le devoir de mémoire en rendant notamment hommage, le 26 mars, aux victimes du massacre de la rue d’Isly et à celles de la tragédie d’Oran le 5 juillet. Philippe Colard précise : « Pour les pieds-noirs et leurs descendants, ces deux drames survenus en 1962 sont de véritables traumatismes. Les victimes de la rue d’Isly ont été tuées par l’armée française et il a fallu attendre 60 ans pour que le président de la République reconnaisse la responsabilité de l’État français, tout en ajoutant que cette même responsabilité devait être reconnue pour la tragédie d’Oran, le 5 juillet 1962. » Une reconnaissance trop tardive pour Philippe Colard, qui préfère plutôt saluer le soutien de la municipalité : « Elle est à nos côtés depuis la création de l’amicale, elle s’est notamment occupée de la mise en place de la stèle située au cimetière Beaume-Loubière. Ce lieu de recueillement est vraiment très important pour nous afin de poursuivre notre devoir de mémoire. Chaque année, le maire et les élus sont à nos côtés, à l’occasion des différentes commémorations. Cela nous touche énormément. »

 Concert de jazz: samedi 30 avril à partir de 16h à la Maison de la mer. Tarif: 10 euros par personne (ouvert à tous). Renseignements et réservations : 06 10 80 57 71 – 06 09 69 33 72