Photo d'archive

« L’architecture religieuse catholique de la Renaissance innove peu en matière de plans et d’élévation, malgré la présence d’architectes italiens ou français, qui travaillent davantage pour l’architecture privée, châteaux et palais. On ne trouve donc pas de grands modèles français dans ce domaine, mais au contraire une grande liberté d'invention et d'adaptation aux milieux provinciaux, encore très inspirés par l’art gothique flamboyant mêlé d’éléments italianisants. La peinture et la sculpture, chargées depuis le Moyen Âge de la double fonction d’instruire et d’émouvoir, évoluent vers un pathos et un réalisme exacerbés par la montée du protestantisme. »

Mercredi 9 mars à 15h à la médiathèque, gratuit.