Pour accueillir à Fos-sur-Mer une délégation olympique algérienne, la grande famille des sports collectifs fosséens était réunie le 25 mai dernier par l'entremise de quatre de ses clubs phares : le Rugby club ouest Provence, à l'origine de la manifestation, Fos Provence basket, l'ES Fos et le Badminton club. Le programme débutait par une visite en règle des installations sportives fosséennes, qui ont impressionné les dirigeants algériens - qui pourraient y installer leurs sportifs pour Paris 2024, Fos étant labellisée Centre de préparation olympique en basket, badminton et football -, comme par la qualité de l'accueil : « Je me sens déjà comme faisant partie de la famille fosséenne ! », a même déclaré Mohamed-Moncef Zemmouchi, conseiller du président de l'Association des comités nationaux olympiques africains et président lui-même de la Fédération algérienne de badminton. Il a profité de l'occasion pour taquiner le volant, lors d'une partie improvisée de badminton à la salle polyvalente Parsemain, avec un jeune badiste qui s'y entraînait, et échanger avec Toma Popov senior, le directeur sportif du Badminton club fosséen.

Trois tables rondes avec des invités prestigieux

Après la visite, Fos Provence basket avait mis la Halle Parsemain à la disposition de ces Rencontres méditerranéennes du sport, sous le parrainage de Moussa de Koh Lanta, pour les tables rondes qui ont animé la soirée. Suivant les discours introductifs des dirigeants algériens - outre Mohamed-Moncef Zemmouchi, était présent Nasser Guedioura, président de l'Association des sportifs algériens de France et d'Europe -, du maire Jean Hetsch, de son adjoint au Sport Christian Pantoustier et du député de la circonscription, trois thèmes différents ont été abordés : l'impact des Jeux Olympiques sur un territoire, par Gérard Coudert, enseignant chercheur au Centre du droit et de l'économie du sport de l'Université de Limoges, « Une médaille a changé ma vie » avec l'ex-athlète Muriel Hurtis, championne d'Europe, du monde et médaillée olympique, et avec Christo et Toma Popov, qui rêvent d'un jour remporter une breloque aux JO - et pourquoi pas à Paris, s'ils parviennent à se qualifier (on croise les doigts !). William Raffa, le président de Fos Provence basket, est aussi venu témoigner de son expérience dans la structuration et la gestion d'un club de haut niveau, et Rémi Giuitta, ex-coach de Fos Provence basket, sur la différence entre la fonction d'entraîneur d'un club et de sélectionneur national (il est à la tête de l'équipe nationale du Mali). Ces débats étaient animés par Franck Bulleux, ancien entraîneur de handball d'Istres et Martigues, entre autres, et ex-sélectionneur du Sénégal. La dernière table ronde avait pour thème l'inclusion dans le domaine du sport, avec la participation de Ouahid Boustila, ancien champion du monde avec l'équipe de France de basket handisport, aujourd'hui président du Handisud basket, basé à Marseille, et d'Anne-Sophie Rubler, joueuse fosséenne de basket fauteuil qui évolue dans ce club et en équipe de France - elle devrait être sélectionnée avec les Bleues pour les Jeux Paralympiques de Paris 2022. Leur message : la reconnaissance du handisport comme un sport à part entière, et la médiatisation qui l'accompagne, sont en progrès mais il reste bien du chemin à faire ! La conclusion, résolument optimiste, est venue de la bouche du truculent Ouahid : « Vivez vos rêves le plus loin possible, quel que soit votre handicap et quel que soit votre sport ! ».

 

 

Une délégation olympique algérienne en visite à Fos