Fos-Epseal, étude participative en santé environnement ancrée localement, s'est attachée depuis 7 ans à étudier l'état de santé de la population des habitants des villes de Fos-sur-Mer, Port-Saint-Louis-du-Rhône et Saint-Martin-de-Crau. Jeudi 9 juin, l'équipe de Fos-Epseal, en présence notamment de Barbara Allen, sa directrice scientifique, viendra livrer ses conclusions à l'occasion d'une réunion publique, organisée dans la salle du Conseil municipal, de 18h à 21h. Cette approche participative a combiné un questionnaire en santé environnementale concernant l'état de santé des participants, remplis par plus de 1250 personnes avec 70 ateliers collaboratifs afin d'interpréter les données statistiques. Cette démarche a permis de croiser la connaissance des habitants avec celle des scientifiques, avec notamment des sociologues, épidémiologistes et médecins.

Des habitants plus fragilisés

D'après cette étude, l'état de santé des habitants du front industriel laisserait à penser à un état fragilisé sur le plan sanitaire de la population. Par ailleurs ; les habitants du front industriel seraient plus fragilisés qu'à Saint Martin-Martin-de-Crau concernant les problèmes respiratoires, et en particulier les allergies respiratoires autres que l'asthme, le diabète de type 1 et les symptômes chroniques comme les irritations des yeux, maux de tête, problèmes de nez et de gorge. Ce travail vise également à produire des recommandations à destination des pouvoirs publics dans la perspective d'une prise en compte des spécificités environnementales et sanitaires de la zone industrielle.