"J'ai toujours voulu être styliste, depuis toute petite" , se souvient Christelle Tran-Thiet. Cette jeune Fosséenne, après un Bac ES au lycée Rimbaud, franchit donc le Rubicon jusqu’à Paris : elle décroche un Bachelor en mode et stylisme au prestigieux Institut français de la mode, puis un master en marketing du luxe en 2017.

Ce sésame lui ouvre les portes de maisons de renom telles qu’Isabel Marant, Sprung Frères ou encore Chantal Thomass. Enrichie par ces précieuses expériences, elle enclenche aujourd’hui, à 29 ans, une nouvelle étape. « J’ai toujours eu l’ambition de créer ma marque, confesse la jeune créatrice. Je réfléchissais à mon projet depuis trois ans environ mais c’est en 2021 que je l’ai vraiment lancé. » Ainsi est née la société éponyme « Christelle Tran-Thiet » et son premier « drop », comme elle le nomme, « CTT, le premier polo féminin artisanal et engagé », pour la collection printemps/été 2023. Quel est le concept CTT ?  « Une mode alternative, reprenant les caractéristiques fonctionnelles brutes du vestiaire masculin revisité au féminin avec une empreinte de délicatesse, le définit l’entrepreneuse fosséenne. Le concept est de réinterpréter les "basics" en les "twistant" en pièces d’exception à porter au quotidien. La collection s’articule autour du polo que j’ai déconstruit, décliné et modernisé avec de nouveaux volumes, des matières naturelles artisanales ou recyclées et une technique de patronage poussée afin de lui donner un nouveau souffle. »

 

UNE DÉMARCHE TRÈS ENGAGÉE

La créatrice n’ignore rien des enjeux écologiques de l’industrie de la mode  : «  Mon approche est celle de l’éco-conception, explique Christelle Tran-Thiet. Créer des vêtements autrement : un défi créatif à forte ambition afin de limiter l’impact de la surproduction amenant une révision entière de notre métier. Après une prise de recul et un constat sur le monde de la mode dirigé par le business, l’augmentation de la délocalisation de la fabrication et du savoir-faire dès le prototypage, du "greenwashing", des fausses promesses et de la désinformation, mon objectif est devenu clair : la mode a besoin de changement. » Rebelle ? Christelle est membre de la branche française de l’association Fashion Révolution, qui a lancé une campagne exigeant une législation européenne sur le salaire décent dans le secteur du textile. Des convictions que la styliste met en application à travers CTT : « Je "milite" pour une chaîne d’approvisionnement plus "juste". 

Après l’effondrement d’usines et autres tragédies liées à la "fast fashion", dont l’exploitation humaine et la dégradation de l’écosystème, mon objectif est de passer à la "slow fashion", intégrant les droits de l’homme ainsi que la nature tout en gardant une identité stylistique différente. Le but est de créer de la "Street Couture", entre la haute couture et le "street wear", à porter tous les jours, un produit de qualité fait pour durer. » La styliste a initié une campagne sur Internet afin de pouvoir se développer et gagner en visibilité  : « Porter le polo éco-conçu aux valeurs éthiques, environnementales, humaines, sociales et surtout créatives ! », vous y invite-t-elle. N’hésitez pas à donner un coup de pouce à cette jeune Fosséenne qui innove et entreprend, en la rejoignant sur les réseaux sociaux, en commandant ses modèles via son site Internet (www. christelletranthiet.fr), en participant à sa campagne en ligne et en la rencontrant du 2 au 4 décembre 2022 au pop up de Maison Madame Presse en Arles.