LES FAITS

Le 6 août 2021, une rupture d’alimentation électrique a été à l’origine du rejet à l’atmosphère des
gaz de production des fours de la cokerie durant une quarantaine de minutes. ArcelorMittal a
ensuite procédé à la remise en service d’une alimentation de secours et à la mise en sécurité des
installations.
Les mesures réalisées immédiatement après l’incident dans l’environnement du site n’ont pas
montré de valeurs préoccupantes.
Cet incident n’a provoqué aucun blessé. À l’extérieur du site, six personnes ont été incommodées
par les fumées irritantes.
Le 11 août 2021, un incident similaire a eu lieu avec des conséquences et des effets moindres sur
l’environnement.

LES MESURES PRISES

Dans l’arrêté du 14 août 2021, Christophe Mirmand, préfet des Bouches-du-Rhône, a pris plusieurs
mesures :
• ArcelorMittal devra transmettre, sous quinze jours, à l’Inspection des installations classées,
un rapport détaillé de ces incidents décrivant les circonstances et les défaillances à l’origine
des incidents, les effets et conséquences sur les personnes et l’environnement ainsi que les
mesures envisagées pour éviter leur renouvellement ;
• Sous une semaine, l’industriel devra mettre en place une procédure pour mesurer
systématiquement la qualité de l’air dans l’environnement du site en cas d’incident de ce
type puis sous un mois, intégrer cette procédure dans son plan d’opération interne ;
• Sous deux mois, l’industriel devra mettre à jour le diagnostic des installations
d’alimentation électrique et le plan d’actions associé qui avaient été définis à l’occasion
d’un incident du même type survenu en 2018 ;
• Enfin, d'ici le 31 décembre 2022, l’industriel devra mettre en place un dispositif d'allumage
des chandelles pour les batteries des fours 1 et 2 de la cokerie afin de supprimer l'émission
directe à l'atmosphère de ces gaz.