« Rodrigue, as-tu du coeur ? », interroge Corneille dans le Cid. Assurément oui pour le président de Fos pêche plaisance : un coeur de pêcheur !

La passion de Rodrigue Bascougnano pour la pêche vient de son enfance : « Mon père était chasseur et pêcheur et je l’accompagnais dès l’âge de six ou sept ans, se souvient-il. Mon premier bateau, c’était une barque marseillaise, achetée quand j’avais 21 ans. » Aujourd’hui, il en est à sa 4e embarcation, qu’il possède depuis 11 ans, un bateau de 7,40 m équipé pour la pêche au thon. Et il est le président de Fos pêche plaisance, l’association des pêcheurs en mer fosséens.

 

«Quand je suis arrivé à Fos, en 1983, je me suis d’abord inscrit à Mer nautisme environnement, puis j’ai adhéré à ce qui s’appelait encore Pêcheurs fosséens – la dénomination Fos pêche plaisance date de 2003. Lorsque le président Louis Gérard est décédé, en 2015, il n’y avait pas de volontaire pour lui succéder… » Rodrigue Bascougnano s’est alors laissé convaincre.

Né il y a 61 ans de l’autre côté de la Méditerranée, au Maroc, il est arrivé en France à l’âge de 11 ans, à Grenoble, avant que la petite famille ne prenne la direction du Sud-Est deux ans plus tard, en 1971. Son Brevet d’études professionnelles en mécanique générale dans la poche, le jeune homme travaille un an chez Naphtachimie avant de « faire l’armée », puis enchaîne les petits boulots avant de revenir à la chimie, chez Ugine Kuhlmann, Total Fina, Arkema, Kem One : « J’ai fait 32 ans de carrière dans la chimie », résume-t-il. Une vie professionnelle écourtée par une préretraite amiante qu’il fait valoir à 51 ans et demi.

Depuis, Rodrigue dispose de temps libre, ce qui tombe bien pour Fos pêche plaisance: « C’est assez prenant, avec toute la paperasse, les licences, les assurances, les demandes d’autorisation pour la pêche au thon, énumère-t-il. Mais je suis bien secondé par l’équipe du bureau, rajeunie, où tout le monde connaît son travail.»

 

Tout au long de l’année, l’association multiplie les activités : « Nous organisons des compétitions comme l’Émerillon d’or, le concours Madame, réservé aux femmes, la Semaine de la petite pêche, un concours pour les enfants, en partenariat avec l’Office fosséen de la mer, qui offre cannes à pêche et moulinets… »

Ah, les minots ! Les pêcheurs en mer fosséens partagent avec enthousiasme leur passion avec les enfants et leur école de pêche est très active : tous les mercredis en période scolaire ainsi qu’à l’occasion de stages de 5 jours en avril puis en juillet, l’activité Pêche est au programme du centre aéré (pour les 8-12 ans). Et cette année, deux journées ont été consacrées aux enfants de la Maison de quartier du Mazet. « Nous sommes 7 moniteurs diplômés avec le brevet de secourisme. J’ai moi-même passé le monitorat en 2009, à la demande de Louis Gérard », précise le président.

Il se félicite que la municipalité ait offert à l’association un simulateur de pêche dernier cri, utile lorsque la météo n’autorise pas les sorties en mer. Pour être complet, signalons aussi les deux sorties estivales, organisées avec l’Office de tourisme, et le salon des Neptuniales pour finir la saison. Rodrigue s’affiche satisfait par la croissance de l’association : « Nous comptons aujourd’hui 340 adhérents, dont 110 pêcheurs de thon ». 

Qui partagent avec leur président le même plaisir : « Je ne sors pas quand il y a du mistral, confesse-t-il. Il faut que ça reste agréable. Quand on est sur la mer, on se laisse aller, il n’y a pas de souci, on oublie ses problèmes.

Direction de la Communication - Septembre 2019.