Après 25 ans passés avec les pompiers de Fos-sur-Mer, l’adjudant-chef Marc Dubois a pris sa retraite en mars dernier, après avoir consacré sa carrière professionnelle au service des autres.

Pour cet entretien, rendez-vous est pris avec Marc Dubois au Centre de secours de Fos-sur-Mer. Le tout jeune retraité est visiblement très heureux de retrouver, le temps d’une matinée, sa caserne et ses anciens collègues de travail. En grimpant les marches des escaliers qui mènent au premier étage, il confie : « Pendant les gardes, les pompiers partagent tout. On travaille, on s’entraîne, on mange ensemble. Forcément cela crée des liens uniques et très forts entre nous.» En retraçant son parcours, Marc va revenir, à de nombreuses reprises, sur la passion pour sa profession en précisant : « Je dis souvent aux jeunes recrues, soyez passionnées ! Nous avons la chance de faire le plus le plus beau métier du monde. » Pourtant, c’est un peu par hasard que la vocation va naître.  À 17 ans, il s’engage dans l’armée au sein des chasseurs alpins, basés près de Grenoble. Pour des raisons familiales, il souhaite se rapprocher de notre région. À 19 ans, il intègre donc le bataillon des marins-pompiers. Marc se souvient : « Avec mon expérience militaire, je me suis retrouvé plus gradé que certains pompiers expérimentés, mais j’ai pu apprendre mon métier dans d’excellentes conditions, profitant de la bienveillance et de l’expérience de mes collègues ». Basé d’abord à Marseille, Marc prend ensuite la direction de Port-de-Bouc où il travaille comme plongeur de bord sur le bateau pompe Louis Collet. En 1996, la Ville de Fos-sur-Mer ouvre un centre de secours. Marc saute sur l’occasion : « j’avais déjà envie d’intégrer le corps des sapeurs-pompiers avec un cadre de travail qui me correspondait mieux. J’ai posé ma candidature auprès de la mairie, qui gérait à l’époque les services d’incendie et de secours et j’ai été embauché. » Dès lors, commence entre Marc et Fos-sur-Mer une longue et belle histoire d’amitié : « J’aime cette ville, même en grandissant la commune a gardé son âme de village. Je me suis toujours senti très bien ici. » Pendant 25 ans, Marc va travailler au service des Fosséens, toujours prêt à partir en intervention : « C’est sur le terrain que l’on montre ce que l’on sait faire, c’est en étant auprès de ses collègues que l’on crée l’unité et la cohésion du groupe. J’ai eu une carrière bien remplie avec de bons moments mais aussi des périodes très difficiles, notamment lorsque des collègues ne reviennent pas. Nous faisons un métier dangereux et ma priorité était toujours de faire en sorte que tout le monde puisse rentrer sain et sauf à la maison.» Au fil des ans, Marc va vivre de nombreuses aventures. Il avoue s’être fait, quelques fois, un peu peur lors de ses interventions en mer, en tant que plongeur de bord. La lutte contre les feux de forêt reste aussi un moment très particulier : « Entre la topographie des lieux, la sécheresse et le vent, les incendies sont souvent imprévisibles et mettent en danger les pompiers, même si nous essayons de nous exposer le moins possible. Il y a aussi la tristesse de voir notre patrimoine naturel partir en fumée. » Marc tient à terminer  notre entretien sur une note positive en se rappelant l’une des interventions marquantes de sa carrière : « C’était quelques mois après mon arrivée au Centre de secours de Fos-sur-Mer, nous devions transporter vers l’hôpital une femme sur le point d’accoucher. Il y avait ce jour-là une grève des routiers et le renfort médical n’a pas pu nous rejoindre. Nous avons dû l’aider à mettre son enfant au monde dans notre camion. » Un moment heureux à l’image de Marc qui évoque tous ces souvenirs avec un brin d’émotion. D’ailleurs, il conclut : « La passion pour mon métier ne m’a jamais quitté et aujourd’hui je pars avec le sentiment du devoir accompli. Une nouvelle page de ma vie s’ouvre désormais. »