Ces seniors de choc chantent et dansent dans les maisons de retraite et animent de leurs prestations la vie du service aux Aînés.

Au sein des usagers du service aux Aînés, une joyeuse troupe composée de douze femmes et deux hommes, âgés de 68 à 78 ans, anime les soirées Auberge espagnole, certains anniversaires et des événements tels que la Semaine bleue, Noël, la Semaine fosséenne du handicap, la Fête de la musique ou encore le Téléthon. Sous le nom de Farigoul’shows (La Farigoule est le nom du foyer pour seniors situé derrière l’Hôtel de ville), leurs prestations d’1 h 30 consistent en des tours de chant agrémentés de chorégraphies, rehaussés par des tenues de scène amusantes, dans le style chatoyant. Les Farigoul’shows vont également se produire dans de nombreuses maisons de retraite du territoire : Les Jardins du Mazet à Fos bien-sûr, mais aussi des établissements de Port-de-Bouc, Istres, Miramas, Martigues, Châteauneuf, Port-Saint-Louis, Saint-Mitre, Saint-Chamas – « Nous y avons fêté les 106 ans de la doyenne », précise Simone Babierowski, la présidente - et jusqu’aux Pennes-Mirabeau. Bref, on s’arrache nos artistes seniors ! Leur aventure débute en 2016, au départ de façon informelle, avant de créer une association en bonne et due forme un an plus tard, en août 2017.

Pour comprendre la genèse de la création de la troupe, indissociable de sa présidente, il faut remonter à l’époque où existait à La Farigoule une chorale des seniors, dirigée par une cheffe de choeur, Mathilde, qui est partie. Faute de lui trouver un successeur, la chorale s’est donc arrêtée. « On m’a proposé de la remplacer, mais moi, ce que j’aime, c’est faire des chorégraphies, comme dans Star academy, je m’y voyais ! », confesse Simone. C’est ainsi qu’est née l’idée de Farigoul’shows. Ne vous y trompez pas : ses artistes font cela très sérieusement, à raison de 10 h de répétitions chaque semaine, à la Maison des Arts depuis son ouverture – « dans une salle grandiose ! ».

« Nous essayons de ne jamais chanter les mêmes chansons », explique la présidente pour justifier ce rythme de travail intense. « Ce n’est pas facile, ce que nous faisons à nos âges… Je remercie les membres de la troupe. Si des personnes veulent nous rejoindre, elles sont les bienvenues, à condition d’être assidues aux répétitions.

On peut en louper une, ça arrive, mais pas deux ! » Reste que le jeu en vaut, pour nos chanteurs et danseurs, la chandelle : « Nous aimons allumer des paillettes dans les yeux de nos spectateurs, y lire le bonheur. Dans les maisons de retraite, les personnes sont surtout ébahies par les costumes, les couleurs. Et certaines de nos chansons leur rappellent leur jeunesse. » Apporter un peu de joie, quelle plus noble ambition ?