Un écrin de vie

Territoire paradoxal, où le clocher de l’église romane de l’Hauture s’élance vers le ciel en tentant de concurrencer les cheminées des usines de la zone industrialo-portuaire voisine, Fos-sur-Mer se repose aux portes de la Méditerranée, à l’abri du Golfe de Fos.

Blessée en son cœur par l’implantation forcée d’un grand port, dans les années 60, la Ville s’engage en faveur de la préservation de ses espaces naturels, soucieuse d’offrir à ses habitants des lieux de ressourcement et de faire de Fos-sur-Mer, « un écrin de vie ».

A l’est du territoire communal, à proximité des étangs de Lavalduc et de l’Engrenier, les Salins ont été réhabilités et aménagés. Ils sont devenus un lieu de promenade plébiscité par les Fosséens. Géré par l’association Eau Vie Environnement (EVE), les Salins prennent dorénavant des airs de réserve ornithologique, tant ils sont fréquentés par une faune variée, endémique des zones humides.

Au nord-est de la ville, aux limites des communes de Saint-Martin-de-Crau et d’Istres, la réserve des Coussouls de Crau s’offre comme une steppe unique en Europe, qui abrite un véritable trésor pour les Fosséens : la nappe de la Crau, dans laquelle la commune puise son eau salvatrice.

Faire de Fos-sur-Mer un « écrin de vie », c’est aussi créer les conditions nécessaires à l’exercice de services publics de qualité. L’équipe municipale s’y emploie grâce à une politique budgétaire volontaire et raisonnée. « Prévoir pour préparer l’avenir », tel est le credo de René Raimondi, maire de Fos-sur-Mer.

 

 

Retour en haut de la page

Réalisation Stratis