L’association Fos Hann Bel-Air partage, à l’origine du jumelage en 2013 entre Fos-sur-Mer et une commune d’arrondissement de Dakar nommée Hann Bel-Air, a déjà mené à bien trois chantiers solidaires depuis 2016, à raison d’un par an jusqu’à ce que la pandémie et la fermeture des frontières qui l’a accompagnée ne s’en mêlent : réhabilitation des sanitaires à l’école Bara Gueye, création d’un théâtre de verdure et d’une bibliothèque à l’école Doudou Mbathie et construction d’une Maison du partage destinée aux associations locales du quartier Hann montagne six. Depuis et jusqu’à peu, impossible de se rendre au Sénégal.

L’interdiction désormais levée, le projet d’un nouveau chantier solidaire est sur le point de se concrétiser.

Et deux élus d’Hann Bel-Air, Aliou Fall, le président de la commission Coopération décentralisée, et Ibrahima Barro, en charge des Associations, du sport et la Jeunesse, sont venus fin septembre passer une semaine à Fos-sur-Mer, où ils ont enchaîné les réunions de travail, avec le maire Jean Hetsch et l’élue à la Coopération internationale, Michèle Hugues, mais aussi avec le Conseil municipal des jeunes :  « C’est un projet qui nous inspire en tant qu’élus d’Hann Bel-Air, ont-ils confié. C’est un cadre pour former des jeunes citoyens et des futurs dirigeants. Dès notre retour au Sénégal, nous allons travailler pour mettre en place un CMJ. » Il fut aussi bien-sûr largement question du nouveau chantier solidaire.

 

ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL

Cette fois, il va s’agir de la construction d’une Maison des pêcheurs sur la baie de Hann. Les efforts des dirigeants de l’association, appuyés par les autorités locales et notamment Aliou Fall, ainsi que le haut-fonctionnaire de la mairie d’Hann Bel-Air Mactar Ndiaye, lui ont permis d’obtenir un financement de l'ensemble du projet (hors la construction elle-même) par le ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères et le ministère sénégalais des Collectivités territoriales, avec à la clef une enveloppe de 45 000 €.

Les bénévoles de l’association vont déléguer sur le chantier une équipe d’une dizaine de personnes, qui œuvreront au côté des ouvriers sénégalais : « Comme l’indique son nom, c’est l’ADN de Fos Hann Bel-Air partage, l’humain, la fraternité, l’échange et la solidarité », résume le président, Alain Claessen. La Maison des pêcheurs, Keur mole yi en wolof, sera un bâtiment d’environ 100 m2 autonome sur le plan énergétique, grâce à des panneaux solaires.

Le projet comprend également un volet social, en lien avec le Comité consultatif des femmes, à destination de celles des pêcheurs, qui assurent la commercialisation du poisson, en les accompagnant dans la création d’une coopérative.

Est aussi prévue la mise en place d’une formation à la sécurité en mer, à laquelle des pêcheurs fosséens pourraient être associés. Contactez l’association si vous souhaitez participer au chantier solidaire : claessen.alain@gmail.com. Afin de réduire au maximum le coût du voyage et de l’hébergement des bénévoles fosséens et ne décourager aucune bonne volonté, l’organisation de soirées et la vente d’objets artisanaux par l’association en finance une partie. Le voyage est prévu en avril, si les mesures sanitaires le permettent toujours.