Salle comble de 94 personnes mardi à L'Odyssée, pour la plus vive satisfaction de Christian Pantoustier, adjoint délégué à la Médiation, la Prévention et la Sécurité, et de Mylène Réginato, coordinatrice du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance, organisateur de la soirée.

« L'idée était de mobiliser un maximum de jeunes sur cette séance et de recueillir leur ressenti, leur vision des choses et pouvoir, grâce aux intervenants mobilisés pour animer le débat, leur apporter des éclairages », explique-t-elle au micro de SwagFM, la webradio du Centre social fosséen.

Avant ledit débat, sur le thème de la violence sociale chez les jeunes, le film Shéhérazade a captivé le public présent. « Il y avait une qualité d'écoute extraordinaire et un public très diversifié, se réjouit Géraldine Blanchet, chargée des Actions culturelles transversales cinémas à L'Odyssée. Et à part six ou sept personnes, tout le monde est resté pour assister au débat après le film. »

Shéhérazade, immersion au cœur des quartiers populaires de Marseille, est un long-métrage de Jean-Bernard Marlin inspiré d'un fait divers, qui raconte l'histoire d'amour entre deux jeunes marginaux : Zachary, 17 ans, à la rue, tout juste sorti de prison, et Shéhérazade, jeune prostituée qui va l'accueillir chez elle.

Éric Florentino, de l'association SOS Femmes 13, explique le choix de Shéhérazade : « Ça nous paraissait le meilleur film pour susciter du débat, puisque tel était le but. Il parle d'un sujet compliqué à aborder, qui est celui de la prostitution, et plus largement les violences faites aux femmes. » « J'ai aimé le film, je le trouve poignant, je le trouve dur, mais en même temps réaliste », témoigne à l'issue de la projection Sébastien Cros, éducateur de rue au sein de l'Addap 13 (Association départementale pour le développement des actions de prévention), qui intervient à Fos-sur-Mer. C'est un film très prenant, parce qu'il aborde plein de thèmes et nous renvoie à des choses qu'on côtoie. Pour chaque élément, chaque situation, ce sont des choses qu'on connaît. Pour toute l'histoire du personnage principal, autant de problématiques cumulées, ça arrive de manière plus exceptionnelle. Par contre, oui, ça reste proche de la réalité. » Sa collègue, Sophie Garcia, confirme : « Ce film peut être intéressant sur différents aspects, aussi bien pour de jeunes adolescents que pour un public adulte. Là, on a quand même pas mal de facteurs cumulés au niveau des problématiques mais, morceaux par morceaux, il y a beaucoup d'épisodes qui rappellent des faits réels qu'on a pu déjà côtoyer dans nos missions, dans notre travail. »

Profondément interpellés par le film, les plus de 80 jeunes présents au terme de la projection ont pu poser toutes leurs questions aux intervenants, aussi bien de la Protection judiciaire de la jeunesse que de l’Addap 13, de SOS Femmes 13 ou de L’Amicale du Nid, qui lutte contre la prostitution, et le débat s'est avéré très riche : objectif atteint.