Le 27 janvier dernier, le maire a réuni les personnels de santé de la ville, infirmiers et médecins, pour préparer la mise en place d'un centre de vaccination à Fos-sur-Mer. « La stratégie vaccinale devra reposer sur les trois principes d'absence d'obligation, de gratuité et de haute sécurité et commencera par les personnes à risque, explique la municipalité. Parmi elles, plus de 1300 personnes de plus de 75 ans ont déjà été identifiées. Dans le respect des préconisations officielles, ce centre de vaccination pourrait s'établir à la Maison de la mer et simplifierait ainsi l'accès au vaccin pour les habitants de Fos et ses alentours. » Les professionnels de santé fosséens y sont prêts, la Ville aussi : ne manque que l’agrément de l’Autorité régionale de santé (ARS). Qui ne sera pas accordé : « Malheureusement, le département connaît une réelle pénurie de vaccins, annonce Jean Hetsch le 3 février dernier. Seules 15 000 doses (soit moins de 3000 flacons) de type Pfizer sont disponibles chaque semaine, auxquelles il faut ajouter 900 doses de type Moderna et ce pour l'ensemble des 30 centres ouverts. Face à ce manque flagrant, aucune ouverture de nouveau centre n'est prévue avant le mois de mars, date à laquelle l'ARS espère une augmentation des livraisons. Je vous tiendrai informé de toute évolution dans ce dossier et vous redis toute ma détermination pour voir ouvrir un centre de vaccination à Fos-sur-Mer. »

 

« De qui se moque-t-on ? »

 

Ce blocage est d’autant plus exaspérant que la Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) a adressé un courrier aux personnes de plus de 75 ans intitulé « Vaccinez-vous contre la Covid-19 ». « De qui se moque-t-on ?, tempête le maire. Bien-sûr, lorsqu'on essaye de s'inscrire, toujours le même message : en raison d'une forte demande, ce centre n'a plus de disponibilités. Plutôt que d'envoyer des courriers, il faut livrer plus de doses pour protéger nos aînés, dans un premier temps, et toute la population des Bouches-du-Rhône. » En attendant, l’ouverture d’un centre à Fos, les Fosséens dépendent des centres d’Istres et de Martigues. Qui n’accordent de rendez-vous, faute de vaccins, qu’à des dates éloignées, quand ils en accordent encore ! « Les centres de Martigues et Istres n'ont aucune visibilité sur les prochaines dotations, récapitule Christiane Chouzenoux, directrice du Centre communal d’action sociale (CCAS), que ses services ne cessent de contacter pour venir aux nouvelles – « Nous nous connectons plusieurs fois par jour sur les plates-formes et vérifions les créneaux disponibles sur les centres alentours (aucun créneau d'ailleurs depuis plusieurs semaines) », précise-t-elle. Pour Istres, arrêt des RV en juin/juillet et liste d'attente plus possible ; pour Martigues, des RV sont actuellement donnés sur août 2021 et pas de liste d'attente non plus accessible. Si la situation venait à évoluer favorablement, nous reviendrions bien entendu vers les patients fosséens les plus vulnérables (via les professionnels de santé compétents dans leur repérage) pour faire évoluer notre offre de service de la prise dudit rendez-vous jusqu'à si nécessaire l'accompagnement physique. » Parce que le CCAS met tout en œuvre pour venir en aide à la population, notamment pour combler la fracture numérique : « Les agents du CCAS gèrent l'accueil numérique accompagné et peuvent si nécessaire accompagner tous les Fosséens le souhaitant dans leurs démarches numériques, détaille la directrice. Grâce aux outils numériques disponibles au sein de l'accueil numérique avancé, les inscriptions via doctolib ou santé.fr peuvent être mises en œuvre, ainsi que la création d'adresse mail indispensable au préalable de toute inscription sur les plates-formes numériques de vaccination. Cet accompagnement technique est entièrement à la disposition des Fosséens qui se retrouvent démunis face aux démarches en ligne. » Mais tout cela reste vain tant que les doses de vaccin sont manquantes… Il faudra donc s’armer de patience.