La Ville attendait les doses de vaccins depuis plus d’un mois : le déblocage de doses supplémentaires distribuées à partir d’aujourd’hui aux départements sous
« vigilance renforcée » a enfin permis à l’Agence régionale de santé de délivrer le feu vert au maire : un centre de vaccination fonctionne exceptionnellement ce week-end à la Maison de la mer – « C’est une opération coup-de-poing », précise Jean Hetsch – avant de rouvrir ses portes en avril, cette fois de façon pérenne, lorsque de nouvelles doses seront livrées. « J'y travaille », confie l'édile, faisant part de son « immense soulagement » d'enfin pouvoir offrir une solution de vaccination à ses administrés.

Depuis plus d’un mois en effet, la Ville de Fos-sur-Mer avait sollicité de l’Agence régionale de santé (ARS) l’autorisation d’ouvrir un centre. La participation des professionnels de santé fosséens était assurée et la collectivité se faisait forte de mettre à disposition des locaux adaptés aux nombreuses contraintes sanitaires. Mais l’ARS ne pouvait répondre favorablement à cette demande municipale : lui manquaient les doses de vaccin.
La donne a changé avec les 18 720 doses supplémentaires de Pfizer BioNTech mises à disposition à partir d’aujourd’hui pour toute la région Paca, à destination des départements placés sous « vigilance renforcée » face à la circulation du virus. L’ARS a ainsi pu exaucer la demande de Jean Hetsch et un centre de vaccination est opérationnel pour ce week-end à la Maison de la mer.

Une installation express en un jour et demi

L’édile en a été informé… jeudi en fin de matinée ! À charge pour la collectivité de relever le défi de la mise en place du centre en un jour et demi… Heureusement, le projet était ficelé depuis une réunion en date du 27 janvier dernier, tenue avec les personnels de santé de la ville, infirmiers et médecins, visant à préparer la mise en place d'un centre de vaccination à Fos-sur-Mer. Les services ont pu dès lors enclencher toute la logistique nécessaire pour être prêts dès samedi matin 9h. « L'Agence régionale de santé que j'ai appelée jeudi 4 mars m'a proposé un contingent de doses du vaccin Pfizer dans le cadre des opérations coup de poing, résume le maire. J'ai bien entendu saisi cette occasion et mobilisé tous les services municipaux, que je félicite pour leur efficacité, afin d'organiser ce week-end une première campagne de vaccination. Un grand merci aux médecins de Fos qui ont communiqué les noms des personnes prioritaires compte-tenu de leur âge et de leurs pathologies. Un grand merci également aux médecins et infirmières qui sont mobilisés ce week-end pour assurer ces rendez-vous. » Tout le week-end, quatre médecins et huit infirmières se succéderont à la Maison de la mer pour accueillir les candidats à la vaccination, répondant aux différents critères retenus (les plus de 75 ans, les personnes souffrant d’une pathologie les exposant à un très haut risque…). Une vaccination sur rendez-vous uniquement, les prescripteurs étant donc bien les médecins fosséens : qui connaît leur patientèle mieux qu’eux ?

« C'était impossible de prendre rendez-vous ! »

Premier vacciné de ce samedi matin, Patrick, 66 ans, dentiste : « Quand je travaille, je suis à 20 cm de mes patients ! S'il y a quelqu'un susceptible d'attraper ou de transmettre le virus, c'est bien moi... En plus, je cumule les facteurs de risques, avec mon hypertension, un peu d'obésité... ». Le praticien avait bien tenté auparavant de se faire vacciner : « C'était impossible de prendre rendez-vous, s'agace-t-il. Je travaille, je ne peux pas passer ma journée au téléphone, surtout pour qu'on me réponde que ce n'est pas possible parce qu'on n'a pas de dose et qu'on ne sait pas quand il y en aura ! » L'ouverture coup-de-poing de ce week-end lui aura permis d'enfin se faire vacciner. Francine, 86 ans, et son mari Henri, 83 ans, en ont profité eux aussi. Pour le couple, la vaccination permet d'espérer le retour prochain à une vie
« normale » : « Ça commence à faire long, se plaint Henri. Le confinement, ne pas sortir, c'est difficile... Et encore, nous avons la chance d'avoir une cour pour pouvoir prendre l'air. Je plains ceux qui sont en HLM ! » Yvette, 79 ans, espère que ses petit-enfants auront moins peur de la contaminer à présent qu'elle est vaccinée : « Je vois bien qu'ils viennent de moins en moins », constate-t-elle. Emilia, 81 ans, et son époux Vasco, 79 ans, avaient eux aussi rendez-vous ce samedi matin : « La sœur de Vasco est morte de la Covid au Portugal, explique Emilia. Elle avait 80 ans mais elle était en plein forme ! Elle faisait encore des ménages... » C'est bien pour éviter de connaître le même sort que les deux seniors ont souhaité se faire vacciner.
Au total, 180 doses environ seront ainsi injectées sur les deux jours. La Réserve communale de sécurité civile est mobilisée pour la prise de température à l’accueil du centre, ainsi que pour chronométrer les quinze minutes d’observation réglementaires après l’injection, avant de laisser repartir les personnes. Et ensuite ? Bonne nouvelle pour les Fosséens : en avril ouvrira, toujours à la Maison de la mer, un centre de vaccination pérenne, 5 jours sur 7, avec centre d’appel, notamment pour administrer aux personnes vaccinées ce week-end leur deuxième dose. S'il n'y a pas de pénurie d'ici là, naturellement.