Grâce à son procédé qui allie bain de bactéries et bioréacteur à membranes, la future station d’épuration produira une eau limpide de qualité exceptionnelle, aux normes baignade.  

La nouvelle station d’épuration (Step) des eaux usées de Fos-sur-Mer sera la deuxième des Bouches-du-Rhône, après celle d’Ensuès-la-Redonne, à utiliser le procédé Aqua-RM, dernier cri de la technologie, qui permet d’obtenir des performances environnementales exceptionnelles.

Ce procédé de traitement des eaux usées associe le traitement biologique par boues activées et la filtration par membranes plaques immergées. Boues activées ? Imaginez un bassin d’aération peuplé de bactéries, comme un énorme bouillon de culture, dans lequel les eaux usées provenant du tout-à-l’égout sont acheminées. Les bactéries entrent alors en action, se chargeant d’éliminer en s’en nourrissant les pollutions carbonées, issues de la dégradation des composés organiques biodégradables, et azotées, causées par la décomposition des déchets organiques, l’industrie, le transport et l’agriculture.

Restent des matières en suspension, qui sont traitées par les membranes plaques immergées, agissant comme un tamis ou un filtre à café à l’échelle microscopique. Elles emprisonnent ainsi les virus, les micro-organismes pathogènes, les micro-plastiques… À la sortie, le bioréacteur à membranes garantit la production d’une eau traitée limpide de qualité exceptionnelle, adaptée aux zones sensibles, satisfaisant la norme baignade. Le tout sans générer de nuisances olfactives car sans aucun traitement chimique et avec un filtre de désodorisation biologique, ni sonores, l’installation étant entièrement confinée. Enfin, le bâtiment d’exploitation de la Step sera autonome en énergie, grâce aux panneaux photovoltaïques installés sur sa toiture (produisant 36 MWh/ an), qui permettront de diminuer l’empreinte carbone de 8 tonnes de CO2 par an. 

 

Un plus social

La Ville a souhaité insérer dans le cahier des charges du contrat de délégation de service public l’obligation de fournir 5200 heures de travail à des personnes en situation d’insertion  économique. Parce que dans leur démarche, chaque pas vers l’emploi compte.

 

Pour vous rendre compte du projet qui sort actuellement de terre, cliquez ici : https://youtu.be/HOrHNMKUfC4