Les enfants des Maisons de quartier s'affairent pour préparer la Semaine de lutte contre les discriminations, qui débute ce soir à 19h sur les ondes de Swag FM. Ainsi mercredi, à La Tuilerie, un groupe de treize 6/10 ans était très appliqué au sein de l'atelier « Bouteilles à la mer ». En lien avec le «Bateau de la tolérance » construit à la Maison de quartier du Mazet, maquette de carton représentant une embarcation aux voiles ornées de messages écrits par les enfants, l'équipe du Centre social fosséen a imaginé de renforcer l'action : d'autres messages en faveur de la tolérance ont été glissés dans des bouteilles, comme une adresse au monde entier. Au lieu d'être véritablement jetées à la mer, elles seront distribuées à différents partenaires du Centre social ainsi qu'à des élus de la ville, qui liront publiquement les messages. Les enfants rédigent naturellement leur propre texte, aidés par les animateurs, éventuellement sous forme d'un dessin, puis choisissent entre plusieurs sables de couleurs différentes lequel ornera le fond de la bouteille, avant de décorer cette dernière avec des figurines représentant des animaux : de vraies œuvres d'art !

Une question de regard

Ce même jour, dans un autre salle de la Maison de quartier, ce sont huit bambins de 4 et 5 ans qui écoutent sagement une histoire, où il est question d'animaux de la ferme inquiets de l'arrivée de bêtes inconnues qui leur font peur : « Partez, il n'y a pas assez de place pour vous ici ! », leur intiment-ils. Et puis chacun venant à se connaître, la peur disparaît et les animaux se rendent compte qu'il y a de la place pour tout le monde, petits et grands, minces et gros, à poils et à plumes... « Au-delà des apparences, l'important, c'est la bienveillance », conclut l'ouvrage Jeunesse. À partir de cette idée, les enfants vont travailler sur la « Galerie des parfaits » : il suffit de reproduire le dessin de monstres affublés de visibles défauts physiques. Les œuvres seront ensuite dûment encadrées et exposées. « Regardez ce monstre comme il a de grands pieds !, s'exclame l'animatrice. Mais ça lui permet de marcher sur toute la planète. Et celui-là, avec son gros nez ? Mais ça lui permet de respirer les senteurs de mille et une fleurs. Un défaut peut devenir un atout, ce n'est qu'une question de regard. » Et c'est ainsi que les monstres deviennent parfaits !

De leur côté, les élus du Conseil municipal des jeunes se mobilisent contre le racisme, le sexisme, l'homophobie et la transphobie, en réalisant des affiches illustrant ces messages. Certains de ces artistes possèdent un sacré coup de crayon, au point que leurs affiches semblent conçues par des professionnels ! Ces œuvres feront l'objet d'une exposition, d'abord au collège André-Malraux, puis à la Maison des jeunes. L'implication de tous ces enfants et adolescents dans la Semaine de lutte contre les discriminations donne de l'espoir : et si les nouvelles générations parvenaient à le construire, ce monde meilleur ? On peut toujours rêver.