Coup de frais sur les écoles

Comme chaque année, la période estivale a été mise à profit pour procéder à l’entretien courant ainsi qu’à des travaux plus importants dans les cinq groupes scolaires de la ville. Ainsi, à l’école Jean-Giono, La nouvelle cour de récréation, flanquée d’un nouveau portail, est achevée, d'une taille plus importante que l'ancienne. Cette dernière restera encore accessible aux élèves jusqu’en février, date prévue pour le début du chantier de la maternelle Marie-Mauron, qui va traverser la rue pour devenir attenante à Giono. Reste à bâtir le préau et les sanitaires de la nouvelle cour de l’école élémentaire, ainsi qu’à y planter trois arbres, tâches prévues pour la Toussaint.

Devant l’entrée de l’école Joseph-d’Arbaud, un aménagement provisoire est en place, lié aux travaux de la gare routière, qui prévoit des emplacements pour les cars scolaires, en toute sécurité pour les élèves. Le sol de la salle multimédia a aussi été entièrement refait, comme celui de la salle polyvalente de la maternelle. Dans la cour de celle-ci, les platanes laissaient choir au sol de petites boules responsables de nombreuses glissades et d’accidents parmi les bouts de chou : des travaux d'aménagement ont été réalisés fin août, pour un meilleur confort et une plus grande sécurité. Quatre bacs pour aménager des potagers ont aussi été livrés (idem à Gérachios). Le gardien a enfin repeint la totalité du préau. Ses collègues des autres groupes scolaires se sont eux aussi activés tout l’été pour effectuer de nombreux travaux dont des peintures.

Au Mazet, les bungalows de la cour des primaires ont laissé la place à un enrobé tout neuf et la façade de l’école a été repeinte. Le plafond du forum a fait l’objet d’une réfection. L’étanchéité de la toiture de la maternelle reprise. De plus, la totalité des classes a bénéficié de l’installation de faux plafonds, avec isolation acoustique et thermique et nouveaux éclairages, et la salle d’activités est refaite. Mêmes opérations concernant le hall de Michel-Gérachios, qui sert aussi de salle d’activités, et les faux-plafonds installés dans trois classes de la maternelle Gilbert-Del Corso, qui s’est aussi vue dotée de sanitaires flambant neufs. Des alarmes anti-intrusion ont été posées dans quatre des cinq groupes scolaires (ce sera fait avant la fin de l’année à d’Arbaud). Budget global de tous ces travaux : près de 900 000 €. Signalons pour finir que le personnel d’entretien de la Ville a sorti serpillères et balais quinze jours avant la rentrée, pour que les écoles soient rutilantes le jour J.

Une rentrée toute numérique

En septembre 2016, la Ville de Fos-sur-Mer avait placé la rentrée scolaire sous le signe du numérique, en installant dans deux classes de chacun des groupes scolaires des Tableaux numériques interactifs (TNI). Depuis la rentrée 2017, la vitesse supérieure a été enclenchée : l’expérience s’avérant concluante, les 47 classes de primaire en sont à leur tour équipées. Pour 2018-2019, huit TNI supplémentaires sont en service, dans la classe multimédia de toutes les écoles ainsi que dans trois maternelles dont les équipes pédagogiques se sont portées volontaires pour l’expérimentation, Marie-Mauron, Del Corso et le Mazet. Deuxième volet de cette rentrée numérique, l'opération Ordina Fos : pour la 3e année, les 230 élèves de CM2 de la ville recevront chacun une tablette numérique connectée et interactive, équipée d’un clavier et d'un écran tactile (hybride), destinée d’abord à un usage en classe. Et courant juin, chaque enfant se verra offrir cette tablette afin d’en disposer chez lui, en usage libre. Grâce à la mise en place de ce projet ambitieux, la ville de Fos-sur-Mer entend réduire la fracture numérique sur son territoire et développer les nouvelles formes d’apprentissage que permet le numérique. Un beau cadeau dans tous les cas pour les écoliers fosséens ! Le coût global de l’opération Ordina Fos atteint 72 000 € par an. Quant aux TNI, ils représentent un budget de plus de 380 000 € depuis la rentrée 2016, en comptant les travaux électriques nécessaires à leur fonctionnement. La Municipalité investit ainsi afin d'offrir toutes les chances de succès scolaire aux jeunes Fosséens.

Du bio et des circuits courts

La direction de la Restauration, qui sert quotidiennement 1500 repas environ, parvient à concilier qualité et quantité. Les menus sont élaborés par une diététicienne de formation, qui n’est autre que la directrice, Corinne Munoz, à partir de produits de fournisseurs locaux, pour les fruits et légumes de saison venant des Bouches-du-Rhône ou de Vaucluse, comme pour la viande fraîche (volaille en circuit court, taureau de Camargue et agneau origine Provence ou France). En tout, le budget des denrées alimentaires atteint 800 000 € par an. « C’est une volonté politique de la municipalité de conserver cette prestation en régie, précise Corinne Munoz. On est ainsi assuré d’avoir la maîtrise entière de l’équilibre alimentaire ainsi que de l’hygiène. » Ajoutons une autre volonté politique forte : mettre la cantine scolaire à la portée de tous. En 2010, la Ville a ainsi inventé et mis en place un dispositif original afin de venir en aide aux Fosséens pour régler leurs factures (valable aussi le restaurant des seniors et le portage des repas à domicile). Le Pass’ restauration fonctionne suivant le mode de calcul suivant, opéré par le Centre communal d’action sociale (CCAS) : au total des revenus du foyer, prestations sociales comprises, on soustrait le montant du loyer ou le remboursement du crédit pour les propriétaires, un forfait pour la consommation énergétique (entre 180 et 240 € suivant les cas) et l’on divise le tout par le nombre de parts fiscales. Si le résultat ainsi obtenu est inférieur à 650, le Pass’ restauration rembourse à la famille, chaque trimestre, 60% de la facture ; s’il se situe entre 650 et 800, 40%. Grâce à ce système, additionné au fait que la Ville prend en charge pour tout le monde 80% du coût réel, un repas peut n’être facturé que 70 centimes ! Environ 800 familles bénéficient du Pass’ restauration, ce qui représente un budget de 150 000 € pour la commune. Si vous pensez être éligible au dispositif, contactez le CCAS au 04 42 47 71 00.

Notre galerie photo du haut de la page inclut les images de la réception des parents d'élèves de 6e par la principale du collège André-Malraux, Nathalie Novier.