Ils ont travaillé toute la semaine pour terminer dans les temps leur journal, qui sera distribué au public lors de la soirée d'ouverture de la Semaine de lutte contre les discriminations : un groupe d'une vingtaine d'enfants âgés de 6 à 10 ans, adhérents de la Maison de quartier de La Tuilerie, a conçu Tagada Mag, du nom de la mascotte qu'ils se sont choisis : une grenouille en peluche aux couleurs du Sénégal, qui a fait le voyage jusqu'à Hann Bel-Air, commune d'arrondissement de Dakar jumelée à Fos-sur-Mer.

Tagada Mag, donc, pour son premier numéro, se penche sur une double thématique, le harcèlement scolaire et le handicap. Les deux phénomènes sont traités sous l'angle défini par le sous-titre de la gazette, Au delà des apparences.

Le jour de notre visite, c'est le handicap qui mobilise nos enfants. Avec une méthode de sensibilisation ludique : un jeu du béret « adapté ». Dans les deux équipes aux prises l'une avec l'autre, certains enfants ont les yeux bandés, d'autres doivent mettre un bras dans le dos comme s'ils n'en avaient qu'un, d'autres encore ont les jambes attachées l'une à l'autre, ou doivent se boucher les oreilles pour simuler la surdité.

Après la séance de jeu, place au debriefing : les enfants s'expriment sur ce qu'ils viennent de vivre. « Ce jeu nous a fait ressentir ce que ressentent les personnes handicapées », apprécie une petite fille. « C'était difficile, on n'a pas l'habitude d'avoir un handicap », grimace une copine. « Moi, ce qui m'a émue, c'est qu'on a pu aider des personnes handicapées », dit une troisième, heureuse de cette manifestation de solidarité, même s'il ne s'agissait que d'un handicap simulé. « Moi, personne ne m'a aidé, ils se contentaient de me dire : cours plus vite ! », ronchonne un petit garçon. L'animateur référent du projet, Andy, prend soigneusement des notes sur son tableau : de cette expérience naîtra un article de la gazette.

À découvrir le 15 mars à la Maison de quartier du Mazet, pour la grande soirée d'ouverture de la Semaine de lutte contre les discriminations du Centre social fosséen.