Cette nouvelle campagne d’information vise à sensibiliser la population dans de nombreux domaines comme les nuisances sonores, les déjections canines, la vitesse excessive ou encore les dépôts sauvages.

 

Cette campagne de sensibilisation est l'occasion de rappeler que la déchetterie de Fos-sur-Mer est ouverte sept jours sur sept. Des points d'apport volontaire pour le tri sélectif sont également répartis dans la commune, avec un point d'apport volontaire pour 500 habitants. Un "Point Propre" est accessible pour les plaisanciers sur l'aire de carénage de Saint-Gervais, sans oublier vos objets encombrants et déchets végétaux qui peuvent être enlevés, devant chez vous sur rendez-vous, par les services de la Métropole. Enfin, des bornes équipées de sacs pour ramasser les déjections canines sont également implantées dans différents secteurs de la ville comme le port, le centre ancien ou encore dans le quartier du Mazet.

Dissuader et prévenir

Outre les campagnes de sensibilisation menées par la ville, les rencontres directement sur le terrain des médiateurs du centre social fosséen ou encore la réactivité des services municipaux pour nettoyer, entretenir et préserver notre cadre de vie, la Police municipale (PM) joue également un rôle très important dans la lutte contre les incivilités. Pour verbaliser les contrevenants, la PM doit absolument constater l'infraction sur le champ, d'où l'intérêt de signaler, par exemple, les nuisances sonores ou les dépôts sauvages en temps réels. Parmi les outils de lutte contre certains mauvais comportements, le système de vidéo-verbalisation, dans certains secteurs de la ville, permet de lutter contre les véhicules  gênants. La prise d’un arrêté municipal pour interdire le stationnement la nuit, entre 22h et 6h du matin, sur certains parkings, permet d’empêcher les regroupements de voitures et ainsi les éventuelles nuisances sonores. Plus largement d’ailleurs, la lutte contre les incivilités concerne aussi la vitesse excessive des automobilistes ou encore la réduction du nombre de voitures épaves. Chaque année, ce sont ainsi 200 véhicules qui sont localisés par la Police Municipale dont 70 finissent à la fourrière.