Le 23 février prochain, à 18h à la Maison de la mer, les Fosséens sont invités à venir découvrir le fruit de deux ans et demi de travail. L’association Les amis du vieux Fos présente son dernier ouvrage, baptisé Racines et réalités. « Ce livre est destiné aux anciens, pour les souvenirs, et aux nouveaux venus à Fos, pour apprendre l'histoire locale qu'ils ne connaissent pas ou fort peu, explique Michel Leroy, président des Amis du vieux Fos. Moi-même, qui vis à Fos depuis 1945, en allant fouiller dans les archives, en parlant aux anciens, j’ai découvert des dizaines de choses que j’ignorais ! »

Ils sont six à avoir œuvré au sein du comité de rédaction de l’ouvrage : autour de Michel Leroy, René Bachocz, Christian Lacroix, André Livergne, Noël Mercier et Pierre-Marie Gimet. « Ce livre est dédié à Gilbert Del Corso, membre des Amis du vieux Fos, qui a participé à la rédaction
en traitant de nombreuses rues
», souligne le président. L’ouvrage est illustré par plus de 60 photos, dont de nombreux clichés anciens restaurés. On s’y promène de lieux en lieux, avec des cartes pour se repérer et les explications invitent aussi à voyager dans le temps. Prenez ainsi le quartier des plages : « Dans les années 20, c’était le joyau de la commune, révèle Michel Leroy. La seule plage de sable fin de la Côte bleue, un petit Saint-Tropez ! C’était le rendez-vous des célébrités. Cela a perduré dans les années 50. Il y avait deux casinos, et aussi la guinguette Mireille, bâtie par le peintre Fosséen Menconi en l’honneur de sa dame de cœur. L’orchestre Jacques Hélian, l’un des plus célèbres de l’époque, s’y produisait régulièrement, avec comme jeune chanteur un certain Henri Salvador. »

Et l’Hauture ? « Plusieurs pages lui sont consacrées. Saviez-vous que l’ancien château des seigneurs de Fos appartenait à un particulier jusqu'en 1897, lorsque la commune l’a racheté ? » L’allée des Pins quant à elle est l’ancien Chemin départemental N°8, allant de Fos à Saint-Mitre sur le cadastre napoléonien. En 1873, le niveau du chemin a été relevé, pour en faire une large allée. Elle fut plantée de pins d'Alep à partir de 1890 et a ainsi a changé son nom vers 1900, en allée des Pins. Impossible de ne pas parler aussi de la chapelle Notre-Dame-de-la-mer : « Les Amis du vieux Fos, par convention avec la mairie, étaient en charge de la gestion de l’intérieur du bâtiment, jusqu’en 2002, pour en faire un musée local. Y était exposées des amphores, lampes à huile, poteries et une collection numismatique de 2000 pièces, que nous avions découvertes en plongeant dans le golfe, rappelle Michel Leroy. Ensuite, le Drassm (Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines, Ndlr) nous a spoliés de tous nos biens ! Ils devaient nous rétrocéder cinq amphores mais on ne les a jamais revues ! Aux dernières nouvelles, elles seraient dans un entrepôt de la Métropole... »

Mille anecdotes émaillent le livre, où l’on fait aussi connaissance avec de grandes familles ayant marqué l’histoire fosséenne, avec les douze anciens manadiers de la commune… Racines et Réalités sera disponible à la vente le 23 février, lors d'une soirée où sera également servi un apéritif provençal avec des produits du terroir.