L’annonce en est faite dans chaque numéro de Votre Mensuel, dans les Infos pratiques de la page 26 : « Pour toute anomalie sur le domaine public (espaces verts, voirie, nettoiement, éclairage public…), un seul numéro : 0 800 400 825 (Numéro Vert) ».

 

Pour mémoire, l’appel vers un Numéro Vert est gratuit, que ce soit d’une ligne fixe ou d’un portable, à condition que la communication émane de France. Quelle est l’efficacité de ce dispositif, mis en place par la Ville dès janvier 2005, combien de signalements sont-ils faits par la population par ce canal et que concernent-ils prioritairement ?

À ces questions, il est désormais possible de répondre de façon précise. En effet, un audit réalisé par les services a permis d’enclencher une réorganisation il y a six mois, visant à une meilleure articulation entre la cellule du Numéro Vert et les services techniques qui réalisent les interventions sur le terrain. L’objectif est d’encore améliorer l’efficacité du dispositif, notamment en accélérant la prise en compte effective des signalements et donc la vitesse à laquelle le problème soulevé sera résolu. Même si, depuis la réorganisation mentionnée ci dessus, « La réponse est de plus en plus rapide ; pour la plupart des cas, lorsque les services sont en mesure d’intervenir, c’est fait dans la semaine », résume la cellule du Numéro Vert. 

 

PLUS DE 9 CAS SUR 10 RÉSOLUS

 

Parfois malmenés par des administrés vindicatifs, les agents du Numéro Vert sont des intermédiaires entre vous et les services techniques, qui font de leur mieux pour vous satisfaire : évitez de vous en prendre à eux, nullement responsables des problèmes constatés !

Et qui ne font pas un travail facile : lors du dernier épisode en date de vent violent, un dimanche, le service a reçu 17 demandes en une seule journée.

Certaines réclamations parvenant à la Mairie par ce biais ne concernent pas des compétences municipales et ne peuvent donc être satisfaites. Par exemple si le dysfonctionnement signalé est imputable à une entreprise réalisant un chantier, ou concerne la fourniture d’eau (Eau de Provence, Suez) ou d’électricité (Enedis), ou encore si l’anomalie constatée est située en dehors du périmètre territorial géré par la commune - sur un domaine privé ou une route départementale, gérée par le Département, portuaire, qui appartient au Grand Port de Marseille-Fos, ou une nationale, compétence exclusive dans ce dernier cas de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal), organisme d’État. Ce qui explique que 100% des signalements ne soient pas résolus par la Ville, qui obtient néanmoins un joli Nos services « pourcentage de réussite » de 92,38% !

 

Les signalements à la loupe

En 2018, les services de la Ville ont été saisis 866 fois (pour 800 cas résolus), avec des pics saisonniers de juin à août (307 appels) et octobre-novembre (196 signalements).

Les demandes concernent d’abord l’éclairage public (342 cas), puis les espaces verts (209) ; ensuite viennent la rubrique Travaux divers (pluvial bouché, barrière de sécurité endommagée, fortes odeurs d’égouts…), qui totalise 163 requêtes, et enfin le nettoyage de la voie publique, avec 151 demandes en ce sens (environ 17,5% seulement du total des appels). Pour 2019, 251 signalements ont déjà été enregistrés sur les quatre premiers mois, moins significatifs puisqu’ils ne concernent pas les pics saisonniers.