Du 19 au 26 février est organisée à la Maison pour tous de Fos-sur-Mer une session de formation générale au Brevet d'aptitude aux fonctions d'animateur (Bafa), en demi-pension. Supervisés par trois formateurs de l’association spécialisée dans l’éducation populaire Coordination pour promouvoir compétence et volontariat (CPCV), 30 stagiaires, âgés de 17 à 45 ans, s’exercent durant cette semaine au métier qu’ils ambitionnent d’exercer, celui d’animateur.

Leur point commun : l’envie de travailler avec les enfants et les adolescents. Nathalie Palerme, 39 ans, s’est inscrite au Bafa dans l’optique d’une reconversion : « Je travaille comme secrétaire dans les écoles et côtoyer les enfants m’a donné envie de suivre cette formation, pour ensuite pouvoir travailler dans le périscolaire, les centres aérés, encadrer des séjours d’enfants comme d’adolescents, de toutes tranches d’âge. » Le fait que la session se déroule à Fos est la cerise sur le gâteau pour cette Fosséenne, comme la participation financière de la municipalité : « Nous avons payé 250 € au lieu de 420, la mairie prenant à sa charge le reste », apprécie-t-elle. Pour Amine Benhamza, 21 ans, l’envie de passer le Bafa vient de sa fonction d’entraîneur bénévole de basket pour les 14-15 ans : « J’aime être avec ces enfants, explique-t-il. Mais pas seulement pour les entraîner au basket, aussi pour leur transmettre mon vécu, aller plus loin que le simple domaine sportif. De plus j’ai des frères et sœurs dont je m’occupe… Tout cela fait que je suis attiré par le milieu de l’animation. C’est un secteur qui me correspond, je suis quelqu’un de très sociable. »

Cet après-midi, les animateurs stagiaires ont organisé une animation à destination d’un groupe d’adhérents de la Maison des jeunes de 12 à 15 ans, baptisée Karismatik casino. « Nous l’avons préparée à huit animateurs », précise Nathalie. « Comme notre volonté est de distraire ces jeunes, nous avons pensé que l’idée du casino allait les amuser », complète Amine. L’occasion aussi d’ajouter une dimension pédagogique, en terminant l’après-midi par une sensibilisation des jeunes sur les dangers liés aux jeux d’argent.

« Pour les stagiaires, il s’agit d’une mise en pratique en situation réelle, avec un vrai public, explique Laurent, l’un des formateurs de CPCV. Nous ne pouvons pas le faire lors de tous nos stages. À Fos-sur-Mer, nous avons la chance de pouvoir faire intervenir ce public réel, entre les adhérents de la maison des jeunes, du centre maternel de la Jonquière ou encore de la Maison des enfants. » Un atout important dont les grands bénéficiaires sont les stagiaires de cette session Bafa, qui viendront peut-être un jour, au bout du parcours, renforcer les équipes du service Animation de la Ville.