Le jour J approchait à grands pas ! Mon excitation et mes interrogations étaient à leur paroxysme alors que le moment du départ arrivait.

Les derniers jours avaient été consacrés à dire au revoir à mes amis et ma famille et passer un peu de temps avec eux. Ce fut globalement une sorte de révision quant aux questions pratiques, "Où vas-tu dormir ?" "Et si tu tombes malade ?" "Et si on te vole ton vélo ??". Fort heureusement cela faisait suffisamment de temps que je pensais à ce voyage et à son organisation pour que je puisse répondre à tout cela.

15 Juillet 2018 donc. Tous les voyants étaient au vert, je pouvais me lancer. Les "adieux" furent éprouvants pour ma famille mais de mon côté la joie de réaliser mon rêve l'emportait nettement.

Ma première étape serait donc la frontière italienne, juste après Menton. 255 km en trajet direct, cela serait un peu plus long pour moi étant donné que je prévoyais de longer la côte.

[Alors, une source proche du dossier nous a dit que ta première réelle étape fut La Couronne, est-ce vrai ?

 

Et ceci se révela être une leçon durement apprise d'entrée car qui dit côte dit nombreuses montées et descentes !

Les premiers jours furent donc particulièrement éprouvants dû à ma piètre condition physique d'alors. De plus, j'appris à mon grand dam que 50 kilos ne roulent pas tous seuls !

J'avançais à grande peine sous un soleil de plomb et 30 à 40 km journaliers étaient un grand maximum. Ajoutez à cela une inexpérience à la pratique du camping sauvage et vous auriez bien eu du mal à vous représenter quelqu'un se lançant pour un tour du monde !

[... Cette chronique d'été risque d'être assez courte finalement ... Hugo a monté le col de la Gatasse, et il est revenu en bus]

Lors d'un jour d'averse je me souviens même m'être demandé si j'étais vraiment taillé pour cette expédition et si je ne devrais pas tout bonnement retrousser chemin. La peur du ridicule me fit cependant très vite reconsidérer la question et je me remis en route vaille que vaille !

Après finalement une bonne semaine j'atteignais enfin la frontière, pas peu fier et prêt pour la suite.

[On est rassuré ...! 

Lorsque l'on me demande quelle est la partie la plus difficile d'un tel voyage je réponds toujours que c'est le départ. Sortir de sa zone de confort, s'habituer à l'effort quotidien, aller à la rencontre des gens, lire une carte... Toutes ces choses avec lesquelles l'on est pas forcément familier et c'est finalement le mental qui est le plus déterminant pour avancer !

 À venir : Ep 4. Celui qui déguste des pâtes en Italie.