Quasiment plus d'accidents de la route ni d'accidents du travail, du fait du confinement d'une majorité de la population et du rythme ralenti des entreprises dans lesquelles on travaille encore : l'activité du Centre de secours de Fos-sur-Mer est en ce moment bien plus calme qu'à l'accoutumée.
Les pompiers se doivent néanmoins plus que jamais de demeurer opérationnels,  dans la mesure où leurs interventions sont cantonnées aux cas les plus impérieux : « Nous sommes un peu confinés dans la caserne, parce que nous sortons uniquement pour les interventions primordiales, explique le sergent-chef Cédric Aloy. Elles appartiennent presque exclusivement au domaine sanitaire : nos forces sont déployées pour lutter contre la pandémie. » En l'espèce, si une personne ressent des symptômes sérieux compatibles avec une contamination par le virus Covid 19, elle doit contacter son médecin généraliste et c'est lui, le cas échéant – ou éventuellement le Samu -, qui contacte le Centre de secours pour venir chercher le malade et l'acheminer vers une structure hospitalière. « Dans l'ambulance, dont l'équipage est formé de trois personnes, le secouriste s'installe désormais dans la cellule arrière du véhicule », précise le pompier. Il s'agit ainsi de limiter au maximum la proximité physique, vecteur de contamination. « Nous y sommes également très attentifs dans la vie au sein de la caserne, où nous prenons beaucoup de précautions. Si nous tombions tous malades en même temps, cela affecterait directement la chaîne des secours. »
Voilà pourquoi la prise de congés n'obéit pas aux règles habituelles : sur une équipe formée de huit personnes, seules trois d'entre elles peuvent être absentes en même temps. « On nous explique que nous sommes quasiment certains de contracter le virus, poursuit le sergent-chef. Il est acté que tous les pompiers malades seront directement acheminés vers la Timone et soignés selon le protocole du professeur Didier Raoult. » Cette perspective d'être victime du virus n'est-elle pas inquiétante pour les hommes ? « Un peu, si, répond Cédric Aloy. Nous avons tous des gosses... Mais nous avons l'habitude. Nous avons déjà travaillé par exemple dans les circonstances où l'on craignait l'arrivée en France du virus Ebola, qui n'est heureusement pas survenue. »

Des Fosséens respectueux des précautions

 

Dans le contexte particulier actuel de ralentissement de l'activité des entreprises de la Zone industrialo-portuaire, le poste avancé du Centre de secours, situé à La Fossette, a été fermé. Les deux pompiers qui y étaient affectés ont par conséquent été redéployés à la caserne de Fos, où dix hommes sont ainsi présents en permanence : « trois pour armer une ambulance, six pour un fourgon, plus le stationnaire [celui qui reçoit les appels], précise le sous-officier. C'est une partie d'échecs qui est engagée contre le virus. » Dans laquelle chaque détail a son importance : « En intervention, nous portons un masque et des gants, mais s'il y a suspicion de Covid 19, nous avons des blouses à usage unique, des lunettes, des masques FFP2, une charlotte et des sur-chaussures, détaille Nicolas Aimar, fonctionnaire territorial de profession et pompier volontaire. Nos astreintes, qui avaient été supprimées, ont été rétablies, pour nous permettre de renforcer les effectifs de la caserne de Fos, mais aussi les autres Centres de secours du département. Nous pouvons aussi être appelés pour venir en renfort par exemple au centre de tri qui a été mis en place aux urgences de l'Hôpital de Martigues, qui achemine de façon distincte les malades du Covid 19 et les autres. » Il voit un aspect positif dans la situation actuelle, qui a pour effet d'alléger les interventions en faveur de celles qui sont vraiment indispensables : « La bobologie se traite à la maison, les gens n'osent plus téléphoner pour tout et n'importe quoi. Je trouve les Fosséens respectueux, ils observent bien le confinement – un peu moins le week-end, mais d'une manière générale oui, y compris dans les magasins. J'espère qu'il y aura un avant et un après. » Ce que nous espérons tous, et ce dans tous les domaines !