Le projet d’aménagement et de développement durable est la première étape de la révision du Plan local d’urbanisme. Il a été présenté aux Fosséens lors d’une réunion publique, qui s’est tenue mardi 17 mai 2016 à la Maison de la Mer de Fos-sur- Mer.

reunion PADD FOS7427 copie

Dans le cadre de la révision du Plan local d’urbanisme (PLU), qui sera approuvé avant mars 2017, la collectivité doit présenter un Projet d’aménagement et de développement durables (PADD), afin de trouver le juste équilibre entre le développement de l’habitat, le développement des activités économiques et une meilleure préservation de l’environnement naturel. Ce PADD, débattu par les élus lors du conseil municipal du 4 mai 2016, a été présenté aux Fosséens, lors d’une réunion publique qui s’est tenue mardi 17 mai 2016 à la Maison de la mer de Fos-sur-Mer.
Première étape de la révision du PLU, le PADD amène la ville à l’horizon 2030, en tenant compte des très nombreuses contraintes qui pèsent sur la commune : la zone de bruit de la Base aérienne 125 à l’est, le dépôt pétrolier au nord, la zone industrialo-portuaire à l’ouest et la mer au sud. Le PADD propose quatre orientations générales pour le développement urbain de Fos-sur-Mer.

1 – Conforter la qualité de vie des Fosséens
Il est nécessaire de développer une offre de logement équilibrée, pour répondre aux besoins des ménages. « notamment en arrivant à nouveau aux 20% de logements sociaux, que la loi nous impose, a souligné le maire, René Raimondi. Il  nous manque actuellement une dizaine de logements sociaux pour atteindre à nouveau ce seuil. Nous poursuivrons notre politique d’intégrer les logements sociaux dans des petites unités, en conservant l’esthétique du village et en garantissant une véritable mixité sociale ».
Avec le projet de confortement de la liaison Fos-Salon par le Ventillon (2025 / 2030) et le contournement de Fos-sur-Mer par le pied de la voie ferrée le long des étangs de l’Engrenier et Lavalduc, les RN 568 et 569 pourront être réaménagées en boulevards urbains, permettant ainsi un désengorgement de la ville. « La desserte en transports en communs sera améliorée, a annoncé le maire. Des cars à haut niveau de service, avec des cadences d’un quart d’heure à terme, seront mis en place entre Fos, Martigues et Port-Saint-Louis. Un pôle d’échange multimodal sera aménagé à la Jonquière ».
Les déplacements doux seront développés dans la mesure des contraintes urbaines de la ville : « L’urbanisation existante nous rend difficile la création de voies cyclables dans le centre-ville. Mais nous faisons tout ce qui est possible. Les piétons cheminent en toute sécurité dans la ville. Pour les vélos, nous faisons notre maximum dans un espace urbain contraint ».

2 – Organiser un développement durable de la ville, à long terme
Il s’agit de créer les conditions permettant de favoriser le renouvellement urbain. Des espaces urbains non bâtis seront inclus dans l’enveloppe urbaine. Ainsi 100 nouveaux logements seront proposés aux Portes de la Mer, 173 au Domaine de Fanfarigoule et à plus long terme 25 à Saint-Gervais. Une mise en réseau du quartier des Crottes est à l’étude afin de pouvoir urbaniser cette zone. Malgré les contraintes évoquées précédemment, des quartiers pourront être développés : une cinquantaine de logements pavillonnaires à Pont du Roy, des logements aux Crottes, et d’éventuelles opportunités à la Maronède, à la condition que les lignes à haute tension soient enfouies ou détournées sur le bord de la nationale. Au-delà de 2030, il serait possible de développer la ville au niveau du domaine de la Mériquette (ex-école de police).

3 – Assurer un développement économique équilibré
« Quand on regarde une carte de la commune de Fos-sur-Mer, on comprend l’ampleur du « sacrifice » demandé aux Fosséens pour l’implantation de la zone industrialo-portuaire : 7000 hectares auxquels s’ajoutent les 500 hectares de Esso et SPSE. Sur ces 7500 hectares, seuls 2500 sont occupés par des entreprises, sans réel plan d’urbanisation et d’aménagement. Fos a beaucoup donné au développement économique de la France. Il est important à mes yeux, a rappelé René Raimondi, de préserver aujourd’hui les espaces naturels qui sont les nôtres : les Salins et la réserve naturelle des Coussouls. J’ambitionne que la commune puisse rendre à la nature ce qu’elle n’aurait jamais dû perdre. Il y a assez d’espaces non construits au sein de la Zip pour que des activités économiques s’y installent, et non pas dans la zone naturelle de la Crau. Je le rappelle : nos enfants vont hériter de ce que nous allons leur laisser. Que voulons-nous pour eux ? La révision du PLU nous invite à nous poser cette question fondamentale ».
Pour autant le PADD prône le développement économique de certaines zones déjà existantes : recomposer et aménager la zone d’activité du Guigonnet, grâce à l’implantation d’artisans ; l’aménagement et la commercialisation par l’Epad Ouest Provence de deux hectares au cœur de la zone de Lavalduc ; maintenir les commerces et services de proximité.

4 – Mieux prendre en compte l’environnement naturel, les paysages et le patrimoine fosséen
Même marqué par le développement de la Zip, Fos-sur-Mer conserve une véritable richesse patrimoniale qu’elle souhaite préserver et valoriser. Ce sera un enjeu essentiel des quinze années à venir.
Il est important aussi de préserver la ressource en eau de la ville, en veillant à la nappe phréatique de la Crau.

Pour télécharger le document de présentation du PADD, cliquez ici.