L'association fosséenne chère au président Henri Favier organise tout au long de l'année plusieurs activités phare : deux séances de Collecte en mer, pour nettoyer le littoral armé d'une pince et de sacs poubelle, deux sorties Handimer, afin de faire profiter des joies de la plaisance des personnes handicapées, et deux croisières des jeunes, pour faire découvrir à de jeunes licenciés de clubs sportifs le monde de la plaisance et l'environnement marin, tout en les sensibilisant à la préservation du littoral et au respect de la mer.

Vingt-deux jeunes invités ont répondu présents au rendez-vous ce samedi 23 juin, dès 8h15 sur le port de plaisance Saint-Gervais. Parmi eux, un groupe de 7 U8 des « Rhinos » - le surnom des joueurs du club -, venus du Saint-Mitre Rugby XV, encadrés par Laïd, Adrien et Fred. « Une année, j'avais amené 25 jeunes du Martigues Port-de-Bouc Rugby club, se souvient Laïd, qui changera de club pour encadrer les jeunes de Fos-Istres la saison prochaine. C'était vraiment super. Ils en gardent encore un souvenir ! »

Matteo, 6 ans, et son frère Lucio, 7 ans, jouent pour leur part au football, sous la tunique jaune et noire de l'Étoile sportive fosséenne. Nous avons embarqué avec eux à bord du Stiflo II, un hors-bord Quicksilver 6,75 Sundeck. Le capitaine les connaît bien : Jean-Claude, adhérent de MNE, n'est autre que leur grand-père !

Qu'est-ce qui plaît à Lucio quand il fait du bateau ? Il désigne l'avant (la proue) : « M'asseoir là, parce que ça va vite ! » Mais pas question de vitesse pour le moment; il s'agit de respecter la vitesse maximum de 3 nœuds pour sortir du port. Lucio avise un autre bateau juste devant le Stiflo II : « On le double, lui ! », s'exclame-t-il. Jean-Claude éclate de rire, avant de reprendre son sérieux pour répondre : « Non, on ne le double pas. » Une fois sorti du chenal, le capitaine donne des gaz. L'accélération colle les deux enfants à la banquette de la poupe et un grand sourire éclaire leur visage. Mais le temps est nuageux en ce début de matinée et un petit vent frisquet ne réchauffe pas la température. Jean-Claude ralentit, en expliquant : « Si on va vite, on va se tremper avec les vagues ». Le bateau va jusqu'aux limites de navigation autorisée, en bordure de la Zone industrialo-portuaire, avant de faire demi-tour.

Matteo est de plus en plus indiscipliné; il se met à sauter debout sur la banquette ! Son grand-père le gronde. « Ils sont terribles, tous les deux », soupire-t-il non sans tendresse. Pour les occuper, il leur propose alors de piloter le bateau, ce qu'ils acceptent naturellement avec enthousiasme. C'est l'aîné qui prend le volant le premier. « Va à babord », lui intime Jean-Claude. Puis il précise : « À gauche ». Raté : « Non, ça, c'est à droite... » Par petite touches, Lucio parvient enfin à suivre le cap indiqué par son grand-père. Au tour de Matteo maintenant, tandis que son frère va s'installer à sa place préférée, à la proue. « Assois-toi », veille Jean-Claude. Même avec le gilet de sauvetage, et même si « Ils nagent comme des poissons dans l'eau », ainsi qu'il nous le spécifie. Le capitaine reprend enfin le volant; il est temps de rentrer au port. Matteo rejoint Lucio à la proue pour terminer la balade. Le soleil pointe enfin son nez au moment où le Stiflo II rejoint sa panne. « La prochaine fois, on ira pêcher, vous voulez, les enfants ? »