Chevaliers, princesses et manants ont peuplé tout au long de la journée le campement établi au pied du château, autour de différents atelier. Un artisan frappait la monnaie, le stand dédié à l'héraldique nous enseignait tout sur les blasons et l'haubergerie sur les armes médiévales. Un atelier de tir à l'arc invitait chacun à venir lancer quelques flèches. Calligraphe, sableur de verre, forgeron ou potier étaient également de la partie, ainsi que les promenades à dos d'âne et les jeux d'Oc en bois, qui ont fait la joie des enfants. Nombre d'entre eux étaient déguisés, arborant épée, bouclier et heaume pour les garçons, coiffe et robe de gente dame pour les filles. Ainsi de la famille d'Amandine, institutrice à l'école du Mazet. « Comment t'appelles-tu ? », a-t-elle lancé à son fils de 4 ans. « Antoine le chevalier!», a-t-il répondu fièrement, brandissant son épée. Quant à sa sœur, c'était bien sûr Victoria la princesse... « Antoine est resté vingt minutes à écouter toutes les explications sur le Moyen-Âge données sur un stand ! », a relevé Amandine, pour souligner tout l'intérêt de l'enfant.

Esplanade Louis Barnès

L'esprit de feu Louis Barnès, créateur de la fête et ancien président de Racino e Aveni, aura plané tout au long de la journée. Un hommage officiel lui a été rendu, avant l'apéritif offert par la Mairie, par son successeur, Jean-Marc Vigan : « Je voudrais dédier cette journée à Monsieur Louis Barnès, dit "Loulou", pour avoir créé Racino e Aveni et avoir mis en place cette manifestation qui lui tenait à cœur. » Puis René Raimondi a pris la parole : « Loulou, je sais, est là ce matin avec nous, il nous regarde. (...) Plutôt qu'une minute de silence, je voudrais que nous applaudissions une fois de plus Loulou, et toute l'équipe de bénévoles qui est toujours, toujours autour de lui. » Après un tonnerre d'applaudissements, le maire a conclu son propos en annonçant que l'esplanade de l'Hauture, ce lieu qui était si cher au regretté président, allait se voir dotée d'un cheminement piétonnier jouxtant la calade et qu'ensuite, lors de son inauguration, elle porterait le nom de Louis Barnès.

« Peuple de Fos, acclamez votre nouveau chevalier ! »

Le banquet médiéval, élaboré par la direction de la Restauration d'après des recettes d'époque, a régalé 250 convives. L'après-midi, un documentaire était projeté en l'église Saint-Sauveur : réalisé par l'Atelier fosséen de création vidéo, il retraçait la vie du seigneur Roncelin de Fos, maître templier, qui vécut au XIIIe siècle.

Parmi les troupes présentes, l'Académie de combat médiéval européen a animé la journée de ses saynètes théâtralisées et fait admirer la dextérité de ses chevaliers au combat. Elle s'est également chargée de la cérémonie de l'adoubement. Pour parachever l'hommage à Louis Barnès, c'est son fils Jean-Louis qui a été fait chevalier, en clôture de la manifestation. « Peuple de Fos, acclamez votre nouveau chevalier ! », a lancé Guilhem de Porcelet, seigneur de Fos - ou du moins le membre de l'Académie qui joue ce rôle -, déclenchant de vibrants vivats.