Au croisement de la création vidéo et de la scénographie d’exposition, Les Trésors engloutis du port de Fos présente les recherches autour du port antique en le contextualisant dans l’immensité de l’Empire romain, où il était l’un des plus importants de Méditerranée, idéalement positionné entre l’Espagne et l’Italie et assurant les échanges avec la Gaule et le nord de l’Europe par Arles et le Rhône. La scénographie épouse la géographie très particulière des souterrains de l’Hauture à travers la lumière, les ambiances sonores et une succession d’installations jouant la surprise et l’émotion. L’exposition se présente comme un parcours-spectacle immersif dans un labyrinthe souterrain, habité par des dispositifs audiovisuels et scénographiques tantôt spectaculaires tantôt plus intimistes, qui proposent un voyage dans la poétique de l’imaginaire romain, à travers l’évocation de l’omniprésence des divinités et de la dimension fantastique qui fondait la perception du monde dans l’Antiquité. Pour Dominik Barbier, artiste scénographe co-créateur de l'exposition avec Anne Van Den Steen (on doit au même duo celle de l'an dernier, Rêve d'épaves), les souterrains de l’Hauture sont en eux-mêmes un élément clé des Trésors engloutis du port de Fos : « Le lieu impressionne, intrigue, voire fait peur… Notre parti-pris pour capter le public est de travailler le spectacle, l’imaginaire et l’émotion », explique-t-il. L'atmosphère unique ainsi créée dans ces souterrains n'est pas pour rien dans la réussite de l'exposition. Mais il aura fallu en passer au préalable par un véritable travail de titan afin de les aménager.

300 m de galeries

Les souterrains de l'Hauture couvrent une surface globale de près de 300 m de galeries. Depuis cette année, environ 90% sont préparés pour accueillir le public d'une exposition - ne reste qu'une grande pièce, qui sera peut-être elle aussi aménagée pour l'an prochain. Lesdits aménagements comprennent en premier lieu le terrassement. Le sol est en effet constitué de sable et de pierres, dans lequel il a fallu creuser pour enterrer tous les câblages électriques, avant de tasser le tout pour obtenir une surface homogène. Ensuite, l'ensemble des salles a été repeint. Mais le grand ennemi contre lequel il a fallu lutter est l'humidité, semblable à celle que l'on trouve dans une grotte. Il existait en effet des infiltrations d'eau, dont il s'agissait de trouver la provenance. Pas facile, entre le ruissellement qui descend directement du rocher de l'Hauture et les échanges de masses d'air entre l'extérieur et les souterrains eux-mêmes, qui créent à leur tour cette omniprésente humidité... Aussi, un vaste système de ventilation a-t-il été installé, d'en-bas jusqu'en haut, passant par la « cheminée » qui relie les souterrains à la surface, du côté du cimetière, et des assécheurs ont été disséminés un peu partout sur le parcours de l'exposition. La fraîcheur, fort bienvenue en cette période estivale, est donc toujours bien présente, mais plus - ou presque - l'humidité.

1500 m de câbles

Une fois ces importants travaux pour assainir les lieux effectués, place à un autre opération, tout aussi compliquée : l'électrification. Cette seule partie des travaux a mobilisé une douzaine d'ouvriers durant trois mois l'an dernier et sept durant un mois pour préparer l'exposition 2019 - à la surface plus étendue. À l'origine, les galeries ne bénéficiaient que d'un éclairage minimal, sous la forme de vagues « loupiotes ». Il a donc fallu y installer des luminaires dignes de ce nom, en Led, résistant à l'humidité, comme ceux que l'on trouve dans... une mine. Ajoutons à cet éclairage des galeries celui de chacune des salles, ainsi que la sonorisation de l'ensemble - une musique d'ambiance accompagne toute la visite de l'exposition. Une vingtaine d'écrans vidéo complètent le dispositif, sans oublier la « boîte à selfies » à la disposition des visiteurs. Au total, plus de 1500 m de câblages ont ainsi été déroulés et enterrés.

Une gageure technique décidément que cet aménagement des souterrains de l'Hauture, mais qui en valait la chandelle : c'est ce lieu si atypique qui confère à l'exposition Les Trésors engloutis du port de Fos tout son cachet et son atmosphère si particulière.

Retrouvez toutes les informations pratiques pour visiter l'exposition (horaires, tarifs individuels ou pour groupes...). Renseignements : 04 42 47 71 96