Originaire d’Asie du Sud-Est mais implanté en France depuis plusieurs années déjà, et notamment dans les Bouches-du-Rhône, le moustique Tigre, ainsi nommé pour sa livrée rayée en noir et blanc (Aedes albopictus pour les intimes), connaît dans la région une prolifération inquiétante. Durant l’été 2017, 17 cas autochtones de chikungunya ont déjà été recensés dans le Var (transmissions suite à des piqures localement sur le territoire). Il convient donc de mobiliser la population aux gestes et bonnes pratiques pour lutter contre ces risques.

 

Un kit pédagogique, Mouskit, a été conçu à l’adresse aux enseignants, animateurs des temps d’activités périscolaires ou de centres de loisirs), éducateurs et acteurs de la lutte antivectorielle, à qui il propose des outils clés en mains pour mettre en place des interventions auprès des jeunes. Son objectif est d’améliorer les connaissances des 9-15 ans sur les moustiques et de promouvoir de nouveaux comportements individuels et collectifs pour lutter plus efficacement contre leur prolifération et réduire ainsi les risques de développement des maladies virales liés à ces insectes (Dengue, Chikungunia, Zika, etc.). En cas de déclaration par un médecin d’un patient atteint d’une maladie infectieuse précitée, intervient l’organisme baptisé Entente interdépartementale pour la démoustication du littoral méditerranéen, œuvrant sous la responsabilité du conseil départemental. Mais en dehors de cela, la démoustication systématique ne se pratique plus, pour la bonne raison que les moustiques développaient de plus en plus une immunité aux produits insecticides.

Il appartient donc à chacun d’entre nous d’éviter leur prolifération, en supprimant les gîtes larvaires. Observez pour cela quelques conseils simples : videz deux fois par semaine tous les réceptacles qui ne peuvent être rangés, tels que les coupelles sous les pots de fleurs et de plantes vertes, les pots avec réserve d’eau et trappe sans lits de gravier au fond, les gamelles plastiques ou inox pour animaux domestiques, les pieds de parasols ou encore les éléments de décoration pouvant retenir l’eau. Veillez également à ranger les brouettes, seaux de jardinage, pneumatiques, cendriers, poubelles, arrosoirs… Il convient aussi de couvrir, par exemple avec un voilage moustiquaire, les récupérateurs d’eau de pluie ou cuves, de curer les siphons d’éviers, de fontaines, les bondes d’évacuations extérieures, les rigoles, gouttières… Entretenez enfin avec soin piscines, pièges à sable, pompes de relevage, regards, bomes d’arrosage et bassins d’agrément (y mettre des poissons rouges). Vous éviterez ainsi le développement des larves ; il ne vous restera dès lors plus qu’à vous protéger des adultes selon les méthodes bien connues (produit répulsif, prises électriques, moustiquaires…).