Au moment d'évoquer Lyon, plusieurs sentiments nous ont traversé : la fête des lumières, c'est somptueux, le parc de la Tête d'Or, exceptionnel, le Bouchon Lyonnais, quel régal, le Groupama Stadium, aïe, ça commence à coincer ...

De fait, nous comptons sur Rudy, expatrié fosséen, pour nous parler de Lyon et de ses charmes, mais aussi de sa jeunesse fosséenne. 

Rudy, 30 ans, vit à Lyon depuis 5 ans. Il travaille en tant qu'analyste de marché au siège européen de BANDAI NAMCO. Mais qu'est-ce que c'est qu'analyste de marché ? "Au boulot, je m'occupe surtout de suivre les ventes des jeux concurrents et l'évolution du parc de consoles en Europe. Je fais aussi beaucoup de veille sur les tendances de l'industrie des jeux vidéo, des études de comportement d'achat et du support éditorial pour aider à définir notre porte-feuille de jeux sur les années à venir", ça calme. Pour votre information, BANDAI NAMCO, c'est Dragon-Ball Z, Tekken, SoulCalibur, Naruto ... 

Mais revenons à Rudy, et d'abord à sa vie sur Lyon :"J'habite dans le 6e. La première chose à relever ici, c'est les restaurants et la vie nocturne. Il y a des bars avec des jeux de société en libre service, il y en a même avec des bornes d'arcade". Et en dehors de la vie le soir ? "J'habite à proximité du parc de la Tête d'Or, j'y passe souvent". 

Au moment de parler de Fos, un premier contraste apparaît :" Je ne suis pas vraiment nostalgique de Fos, j'y ai la famille et les amis, et des souvenirs d'enfance et d'adolescence. Mais j'y viens pour les vacances, quand je peux". 

Puis, le sourire revient au moment d'évoquer un souvenir ou un lieu totem de la ville :"Ahhhh, le stade des Marais ! J'ai fait 4-5 ans au club, mais c'est surtout les après-midis ballon avec les collègues, tu t'en souviens ?" Mais à qui parlez-vous cher Rudy ? "Et il y a aussi le tour de l'étang que je faisais souvent".

 
Une chose qui vous manque moins ? "Le problème à Fos, c'est la vie nocturne, c'est pas très animé, pour sortir le soir, c'est la voiture et partir dans les villes aux alentours". 

Et revivre à Fos ou dans le sud ? "le sud oui certainement, il me manque la mer, et la qualité de vie du Sud. la vie est différente, et même si le Mistral rend fou, j'aimerai retrouver ce rythme de vie un jour". 

En tout cas, on te remercie pour ta participation à cette première vague d'expatriés fosséens, on espère te recroiser rapidement sur Fos, mais cette fois, cela sera plus devant la télé que sur un terrain, devant un OM-OL peut-être ?