Cécile n'est pas une expatriée récente. 43 ans, elle habite à Montréal depuis 2019, après avoir vécu aux Etats Unis depuis 2004. C'est à cette date qu'elle a quitté Fos pour les Etats-Unis et son travail : "En effet, je suis chercheur en biologie et l’Amérique du Nord m’offrait plus d’opportunités dans le domaine de la recherche académique que je pouvais espérer trouver en Europe. Et rajoute : Aujourd'hui, je suis chercheur en microbiologie à la faculté de Médecine de l’Université de Montréal." Costaud !

 

Au moment d'évoquer Fos, Cécile utilise un ton bien plus affectif : "J’ai toujours mes parents qui vivent à Fos, et je serai toujours Fosséenne !". Elle profite de ses vacances pour revenir une semaine par an et apprécie ce qu'elle appelle "ce retour aux sources."

 

Calcul rapide : 2020 - 2004 :16, que l'on retranche a ses 43 ans = 27 ans de vie fosséenne, ça laisse pas mal de temps pour se créer de beaux souvenirs dans les lieux emblématiques de "sa" ville : "La mer, l’Hauture, les marais et les flamands roses. J’y ai veçu toute ma jeunesse et c’est ma ville." Aujourd'hui encore, elle profite de ses vacances fosséennes pour pratiquer ses loisirs préférés :" Lorsque je rentre chez mes parents, j’aime aller courir dans les chemins du tour de l’Etang de l’Estomac (qui n’existaient pas encore lorsque j’habitais à Fos), me promener sur les plages et observer les oiseaux".

Si Cécile "glorifie" sa ville, elle n'en est pas moins lucide au moment d'évoquer les choses qui ne lui manque pas :"Je pourrais dire les usines, mais elles font (malheureusement) partie à part entière de Fos, donc on ne peut pas les dissocier du reste de la ville. Et il faut avouer que les lumières de la raffinerie d’Esso ont un petit côté féerique la nuit !

Mais la nostalgie reprend le dessus lorsque nous évoquons les souvenirs. Il est vrai que pour les fosséens de "souche", les activités ne manquent pas, de l'enfance à l'adolescence, difficile d'en garder que quelques-uns : "Trop de souvenirs à Fos pour n’en choisir qu’un car j’y ai passé mes 20 premières années". Les vacances ? "Je me rappelle de mes séjours au Centre Aéré (en temps qu’enfant puis en temps que monitrice)," l'école ? "Joseph D’Arbaud et sa fresque d’animaux sous-marins peinte dans la cours (je ne sais pas si elle existe toujours)", et après ? "le collège André Malraux juste en face (qui lui aussi a changé depuis le temps)", chanceuse, le collège n'est pas forcément un bon souvenir pour tous le monde ;)

Un lieu marquant ? "Plutôt deux : L’Ecole de Voile de l’Etang de l’Estomac et le Centre Fosséen de Voile à la Grande Plage. J’ai appris la voile sur l’étang avec un Optimiste, et, lorsque j’ai été trop grande pour ce petit bateau, j’ai continué à pratiquer la voile à la plage sur un Laser ! J’ai eu la chance et l’honneur de représenter notre ville dans de nombreuses compétitions de voile dans toute la France et ailleurs et la Voile fosséenne aura toujours une place spéciale pour moi".

Et comme beaucoup, un retour sur Fos peut sembler compliqué : "Malheureusement, les perspectives d’emplois dans mon domaine sont inexistantes dans la ville, mais je pense que prendre sa retraite à Fos doit être très agréable, donc pourquoi pas revenir m’y installer pour mes vieux jours !". Dans tous les cas, on vous remercie de votre témoignage enrichissant pour la ville et pour tous les fosséens, de souche ou non.