Vivre dans un environnement familial, au sein duquel la violence conjugale est fréquente voire quotidienne, positionne l’enfant face à des situations profondément déstructurantes, et même traumatisantes, pour son équilibre et son développement psychologique.

Il est ainsi une victime collatérale des violences conjugales subies par son parent, qu’il faut prendre en compte et accompagner dans sa reconstruction. Ce sont à ces enfants que s’attache en 2019 l’action de sensibilisation sur les violences familiales, conduite par la Ville pour la quatrième année consécutive.

Elle s’organise sur deux journées, à travers un colloque destiné aux professionnels et des cinés-débats autour du film Jusqu’à la garde.

Le colloque, réservé aux professionnels, s’ouvrira par un état des lieux sur les violences conjugales, dressé par Éric Florentino de Sos Femmes 13.

État des lieux toujours aussi dramatique lorsqu’on sait que tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son conjoint ou son ex-compagnon.

Une conférence sur les effets des violences conjugales sur le développement de l’enfant suivra. Dans l’après-midi, plusieurs ateliers seront proposés : accompagnement et protection de l’enfance, comment accueillir la parole d’un enfant, que dit la loi, comment reconstruire le lien « sécure » parents-enfants.

Autour des mêmes questions, le public pourra débattre à la suite des deux séances de projection du film de Xavier Legrand, Jusqu’à la garde. De nombreux partenaires du réseau local de lutte contre les violences familiales seront présents pour apporter des réponses et orienter les participants.

 

Lorsque l’enfant est pris en otage

Les Fosséens sont invités à assister à la projection du film de Xavier Legrand, Jusqu’à la garde, qui ouvrira le débat sur la place de l’enfant dans le conflit familial.

Ce long métrage relate le divorce en cours de Miriam (Léa Drucker) et Antoine (Denis Ménochet). La mère veut protéger Julien, leur fils de 11 ans, et l’éloigner de son père qu’elle accuse de commettre des actes de violence sur leur enfant.

Elle demande donc, lors du jugement, la garde exclusive de Julien, d’autant que l’enfant ne veut plus revoir son père. La juge accorde une garde partagée et contraint l’enfant à passer un week-end sur deux avec son père. Pris en otage entre ses parents, Julien va tout faire pour empêcher que le pire n’arrive.

Les débats seront animés par des intervenants de Sos Femmes 13, du Centre d'information sur les Droits des Femmes et des familles Arles, de la police nationale et du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance.

Séances gratuites : lundi 25 novembre 2019 à 18h et mardi 26 novembre à 14h, à partir de 12 ans.

Les numéros à connaître
39 19 Violences Femmes Info Écoute, informe et oriente les femmes victimes de violences, ainsi que les témoins de violences faites à des femmes.
119 - Enfance en danger 45 écoutants professionnels de l’enfance, 24h sur 24, pour les enfants et adolescents confrontés à une situation de risque et de danger
17 (depuis un téléphone fixe) et 117 (depuis un téléphone portable) - Police nationale. En cas d’urgence.