Les parents fosséens d’élèves de grande section maternelle, CP et CM2, concernés par la reprise de l’école demain matin, auront finalement été très minoritaires à y remettre leurs enfants : en cette veille de jour J, les inscriptions enregistrées par le pôle Accueil de la mairie atteignaient à peine à la mi-journée 118 inscriptions pour 671 petits. Au moins les règles de distanciation sociale seront-elles ainsi plus faciles à faire observer, non sans une constante vigilance toutefois de la part des personnels, aussi bien enseignants qu’agents municipaux de la direction de l’Éducation.

Une partie très importante de la préparation préalable des locaux s’est du reste concentrée sur cet aspect – en plus bien-sûr de la désinfection des surfaces à l’intérieur des écoles. Il a ainsi fallu installer un balisage et matérialiser un sens de circulation, pour éviter que les enfants ne se croisent. Pour qu’ils respectent un espace d’un mètre entre eux, seule la surveillance des personnels pourra le garantir. « Nous travaillons dessus depuis jeudi dernier », explique le gardien du groupe scolaire Michel-Gérachios. Il a fallu en effet réaménager les classes afin de laisser suffisamment d’espace entre chaque élève, ce qui a impliqué de multiples manutentions des éléments mobiliers. Et bien-sûr désinfecter l’ensemble des locaux.

Une organisation transversale s’est mise en place, impliquant plusieurs services de la Ville, en plus des enseignants (pôle Développement pour la partie bâtiments, personnels de service, animateurs, Agents spécialisés des écoles maternelles). Des flèches ont été peintes au sol à l’extérieur des locaux, de la signalétique scotchée à l’intérieur, des barrières en métal installées, toujours pour matérialiser le sens de circulation, des affiches rappelant les consignes placardées un peu partout, de la rubalise (ces rouleaux de plastique bicolore) installée pour diviser les cours de récréation en plusieurs espaces, dévolus à plusieurs groupes d’enfants qui ne se mélangeront donc pas ainsi, comme pour interdire l’accès aux bancs, jeux et espaces sportifs des cours. Chaque école a établi son propre protocole sanitaire, en fonction des spécificités de ses locaux, et il a fallu mettre en place une concertation à ce sujet entre les enseignants et les agents de la direction de l’Éducation, en charge du périscolaire, afin de s’assurer d’une cohérence parfaite.

Nettoyage et désinfection constants

« Nous avons tout mis en œuvre pour accueillir les enfants en toute sécurité », résume Mustapha Nadji, le directeur de l’Éducation. Les agents municipaux sont ainsi mobilisés pour assurer l’accueil du matin, du soir et de la pause méridienne. Durant celle-ci, Jean Hetsch, le maire de Fos-sur-Mer, a souhaité que les enfants puissent bénéficier d’un repas chaud, confectionné par la direction de la Restauration. Selon les effectifs présents, un service pourrait être ajouté (11h30, 12h15, 13h), avec désinfection obligatoire des chaises et tables du réfectoire entre deux services. Le principe vise à ce que les enfants des groupes de niveaux de classe différents ne se croisent pas. « Normalement, si j’ai trois enfants présents pour un accueil, je n’ai besoin que d’un animateur, explique le directeur. Là, si l’un est en grande section, l’autre en CP et le 3e en CM2, il me faut trois animateurs ! » Du côté de l’hygiène, un agent sera présent pour assurer la désinfection tout au long de la journée (poignées de portes, sanitaires…) et les tables et chaises des classes seront désinfectées lors de la pause méridienne. Et de 17h à 19h, une nouvelle désinfection de l’ensemble des locaux scolaires est planifiée. En ce qui concerne enfin les masques, chaque enseignant et agent au contact des enfants en sera doté. « Pour les autres, la distanciation sociale suffira, selon la directive de l’Éducation nationale modifiée hier soir », précise Mustapha Nadji. Les agents de la Ville seront dotés de spray désinfectant, virucide et gel hydro-alcoolique. Toutes les conditions sont donc réunies pour respecter demain matin les directives sanitaires édictées par l’Éducation nationale.