fopb logoBien qu’ils se soient inclinés ce week-end, les « black & yellow » du Fos Ouest Provence Basket (FOPB) font un début de saison en tous points remarquable : avec 7 victoires pour seulement 3 défaites, ils pointent actuellement à la 2e place du championnat de Pro B. Dans ce contexte, la parole est à Rémi Giuitta, entraîneur de l’équipe depuis maintenant 10 ans. Il aborde son parcours, son implication au sein du club et ses ambitions pour la saison 2013/2014.

- Bonjour Rémi, comment t’es-tu retrouvé à la tête de l’équipe de Pro B de la ville, le FOPB ? Le basket et toi c’est une longue histoire, non ?

rg optOui, c’est une longue histoire parce que mon père était président du club lorsque j’étais enfant. J’ai donc fait mes premiers pas sur le parquet de la salle de la Roquette à Fos. Je baigne depuis tout petit dans le basket. Après une courte carrière de joueur, je suis revenu au FOPB avec la mise en place du centre de formation. Avec les succès en championnat de France jeunes, le président Jean-Pierre Barnès a souhaité que je prenne les rênes de l’équipe fanion en y intégrant les jeunes du club, pour mettre un terme à la mauvaise image de l’équipe, trop souvent dotée de mercenaires. S’en est suivie une belle histoire, avec les montées de la Nationale 2 à la Pro B.

- La saison semble avoir plutôt bien commencé, quel bilan dresses-tu de ces premiers matchs ?

Dans l’ensemble je suis satisfait, même si la défaite à domicile, contre Boulogne, reste dommageable. Ceci étant, on a fait beaucoup de paris sur de jeunes joueurs ou des joueurs revenant de blessures ; du coup, c’est quand même plutôt réussi pour le moment. Malgré une préparation compliquée (trois défaites en quatre matchs), tous les joueurs ont su élever leur niveau de jeu pour remporter des matchs importants (face à Bourg-en-Bresse, Le Portel, Poitiers ou Châlon-Reims). L’important maintenant, c’est de ne pas s’enflammer ! Avec une saison à 44 matchs, ce ne sont pas ces quatre victoires qui vont faire la différence.

- Vous avez un mois de décembre assez chargé avec 5 matchs dont la réception, le mardi 3 décembre à 20h, de Rouen, qui vous avait fait mal l’an passé (défaite 60 à 94), comment appréhendes-tu cette rencontre ?

Au vu de la physionomie du calendrier, il est difficile de se projeter au-delà du prochain match à jouer. En ce moment, nous jouons quasiment un match tous les trois jours. Dès lors, cela me demande beaucoup de travail de préparation et je ne suis pas en mesure aujourd’hui de faire des projections. Quant à Rouen, cette équipe n’est pas perçue comme un vieux fantôme. Effectivement, nous avions fait un non-match contre eux l’an passé mais, dans la mesure où Rouen a vu son effectif modifié à plus de 80%, nous pouvons espérer que cette débâcle ne se reproduira pas.

- Quelles sont les ambitions du groupe cette saison ? Peut-on d’ores et déjà envisager une montée en Pro A ?
Il est trop pr?matur? de parler d’une ?ventuelle mont?e en Pro A. On peut essayer de se qualifier pour les playoffs et vivre une nouvelle fois cette aventure exceptionnelle. Avec le rugby, le basket est le seul sport capable d’offrir des sc?narios de fin de saison aussi fous que ceux des playoffs. Il serait historique d’y acc?der pour la 4e ann?e cons?cutive, compte tenu de nos moyens et de ceux des autres ?curies du championnat !
- En plus de tes fonctions d’entraîneur, tu es également très impliqué dans la vie du club, comment vois-tu l’avenir du FOPB ?
Effectivement, je poss?de une double casquette au FOPB mais c’est aussi mon histoire avec le club qui fait que j’y suis particuli?rement attach?. Je ne me pr?occupe pas uniquement de mon ?quipe, j’aide le pr?sident Barn?s pour que l’ensemble du club aille de l’avant. L’avenir du club va principalement d?pendre des enjeux ?conomiques et politiques. L’arriv?e de la m?tropole va consid?rablement faire changer des choses. J’esp?re surtout que notre travail continuera d’?tre reconnu et qu’on gardera un soutien identique ? celui que nous assurent nos collectivit?s locales actuelles, le San Ouest Provence et la mairie de Fos-sur-Mer, sans qui le basket ? Fos n’existerait pas !
- Tu travailles également sur un projet qui tend à développer le basket en Provence, peux-tu nous en parler davantage ?

Le projet Provence basket, comme son nom l’indique, cherche à implanter durablement le basket dans la région. On souffre cruellement d’un manque de reconnaissance du public et de tous les acteurs sportifs. On estime ne pas toujours bénéficier du soutien qu’on pourrait espérer en retour de tous les efforts qui sont faits. Nous avons la chance d’avoir des joueurs super impliqués dans la vie locale, qui interviennent régulièrement dans les centres sociaux, dans les clubs ou les écoles. Mais tout cela vient surtout de la méconnaissance du club par le grand public. Paradoxalement, de nombreux licenciés du bassin aixois, avignonnais voire marseillais ne savent même pas qu’il existe une équipe de Pro B à Fos-sur-Mer. L’objectif est donc de s’ouvrir aux autres et de montrer ce qu’on est capable de faire à Fos. Il faut que l’on rayonne plus au niveau régional, qu’on continue de travailler sur l’affluence aux matchs, et espérer un soutien financier privé plus important. C’est quand même exceptionnel d’avoir un club évoluant en Pro B en Provence ! 

Effectif 20132014 opt

Prochain match : FOPB-Orchies, 8/11/2013 à 20h, Halle Parsemain. Allez Fosséens !