Cent-cinq jours de fermeture ! « Si on nous avait dit qu'on allait vivre tout ça, on aurait été étonné ! », observe Michèle, habituée de la Farigoule avec son époux Claude. Ces deux-là n'auraient raté la réouverture pour rien au monde, quitte à sacrifier à un protocole sanitaire strict.

Gestes barrière de rigueur

Les seniors se présentent à un agent d'accueil du service aux Aînés installé à une table juste à l'extérieur de l'entrée du foyer, qui vérifie leur inscription - plus question de venir sans avoir réservé au préalable par téléphone - et le fait qu'ils soient bien masqués (avec un petit stock pour les étourdis venus sans !). La même obligation de se masquer s'impose pour prendre le bus qui fait le tour de la ville pour aller chercher les seniors. On les laisse ensuite pénétrer à l'intérieur du bâtiment, en vérifiant qu'ils ne soient pas trop nombreux à patienter en même temps dans la salle d'attente, où les sièges sont désinfectés par les équipes de propreté sitôt que les personnes qui les occupaient s'en lèvent. Un distributeur de gel hydroalcoolique attend les convives, priés de se laver les mains avant de se rendre au restaurant. Bien évidemment, ni embrassades, ni poignées de mains, quelle que soit la joie de se retrouver ! Il faut aussi respecter le sens de circulation et les flèches collées au sol pour se rendre à la salle de restaurant, en restant toujours à plus d'un mètre les uns des autres. Mike, le maître d'hôtel, prend ensuite le relais et se charge de conduire chacun à sa table, suivant un plan défini au préalable. Pas plus que quatre personnes par table : telle est la nouvelle règle qui réduit l'affluence à cent personnes maximum.

« Content de retrouver les copains »

Aujourd'hui, pour cette réouverture tant attendue, le menu est le même que celui du 16 mars, comme si le temps s'était arrêté - ce qui fut en quelque sorte le cas! Pieds et paquets donc : le maire l'avait promis ! Mais peu importe en l'occurrence la spécialité servie : « On est content de retrouver les copains ! », s'exclame Claude. « On retrouve l'ambiance », abonde Michèle, qui s'interrompt un instant, apercevant une amie qui vient d'arriver : « Oh Denise ! Comment ça va ? » Puis, revenant vers nous : « On est aussi content de retrouver le personnel, qui est tellement sympathique. On les adore ! » Le maire, Jean Hetsch, passe de table en table pour saluer tout le monde, ainsi que les élues Monique Potin et Christine Carton. Une fois à table, le masque est ôté - ce qui est tout de même plus pratique pour manger ! - et les sourires sont sur toutes les lèvres. À la satisfaction générale, le restaurant des seniors a rouvert aujourd'hui !

 

Texte : Olivier Bonnet / Photos : Philippe Soulat