« L’ingénieur Erwan Perrec, concepteur d'un type de tunnelier révolutionnaire, arrive à Mandailles, petit village du centre de la France, avec pour mission : creuser un tunnel entre deux vallées. Orphelin à l’âge de huit ans, l’homme vit avec un voile noir sur ses souvenirs d’enfance… Sa peur de l’abandon fait qu’il multiplie des aventures sans lendemain, jusqu’à sa rencontre avec l’énigmatique Mélanie, fleuriste à Aurillac… Il n’écoute pas les avertissements de la mémé de l’auberge, qui l’implore de ne pas creuser ce tunnel sous le Griou, de ne pas réveiller le diable. Dès le début des travaux, d’étranges phénomènes se manifestent… Le tunnel alors dit de Pandore affectera-t-il la vie d’Erwan et celles des villageois ? » Tel est le « prière d'insérer », suivant le terme consacré (texte d'accompagnement d'un ouvrage la plupart du temps imprimé au dos du livre), du nouveau roman de Michèle Armanet, Le tunnel de Pandore. L'ouvrage est attendu pour le 15 septembre.

Écrit à quatre mains

Si l'autrice a déjà publié une quinzaine de livres, celui-ci inaugure une première : le roman est co-signé par Michel Danguiral, auteur cantalou de plusieurs livres déjà publiés par Le Scribe d'opale Éditions. « Je croyais ne jamais pouvoir écrire avec quelqu'un d'autre, explique Michèle Armanet. C'est Michel qui me l'a proposé. Il avait une idée de synopsis mais souhaitait écrire le livre avec une femme. Au départ, ça m'a semblé compliqué : nous avons des univers totalement différents ! De plus, les hommes et les femmes n'ont pas toujours le même point de vue sur certaines situations... Mais, finalement, cela s'est fait dans une parfaite osmose. Ce fut une très belle expérience. » Son fruit est donc ce roman, que Michèle Armanet avoue peiner à qualifier : « Il y a du suspense, deux intrigues policières, une histoire d'amour, sur fond du problème sociétal de la volonté des habitants de certains territoires de ne pas s'ouvrir à l'extérieur pour mieux se préserver », résume-t-elle. On y rencontre aussi des créatures étranges vivant dans les profondeurs de la terre, plutôt inquiétantes... Y aurait-il donc aussi un soupçon de fantastique ? « Je ne suis pas sûre que ce soit vraiment du fantastique, objecte-t-elle. Ces créatures existent réellement. » Mais n'en dévoilons pas plus, histoire de ne pas « divulgâcher » - comme disent joliment nos cousins québecois à la place de l'anglicisme spoiler - le plaisir des futurs lecteurs.

Rendez-vous aux Neptuniales

Vous pourrez rencontrer Michèle Armanet à l'occasion des Neptuniales, le salon nautique du golfe de Fos organisé par Fos pêche plaisance, le 22 septembre à la Maison de la mer. Elle y présentera Le Tunnel de Pandore ainsi que ses autres ouvrages, sans oublier ceux des auteurs de « l'écurie » du Scribe d'opale Édition. Son époux, Christian Armanet, auteur et illustrateur avec lequel Michèle a co-signé nombre d'ouvrages Jeunesse, sera également présent, avec sa tablette graphique, pour diriger un atelier à destination des enfants, du dessin à l'animation.

Des ateliers d'écriture pour les Fosséens

En supplément de son activité d'écrivaine, Michèle Armanet anime à l'année deux ateliers d'écriture à Fos-sur-Mer, depuis quelque 17 ans ! Le premier s'intitule Le Boudoir de l'écrit et se déroule une fois par semaine à la Maison pour tous. « J'y accueille des personnes qui n'ont jamais écrit aussi bien que d'autres ayant déjà fait des livres, précise-t-elle. Certaines ont des projets d'écriture comme, par exemple, celui de raconter leur vie, ou l'idée d'un ouvrage, d'autres non. Je suis persuadée que tous ceux qui ont envie d'écrire peuvent y parvenir : ce qui compte, c'est l'imaginaire, et chacun en possède un. Même ceux qui prétendent le contraire et se retrouvent tout surpris lorsqu'ils se découvrent à eux-mêmes. L'imaginaire est inné ! Tout le reste se travaille : la grammaire, l'orthographe, la syntaxe, le style... » Le deuxième atelier d'écriture de Michèle Armanet a pour cadre le service aux Aînés, au foyer La Farigoule.

Renseignements
Pour les seniors : 04 42 47 71 64
Pour la Maison pour tous, directement auprès de Michèle Armanet : 06 68 23 92 48