Le Conseil municipal des jeunes (CMJ) s'est réuni mercredi soir au Jas de Gouin, à la Maison des jeunes, pour sa première session depuis la commémoration du 11 novembre dernier. Les jeunes élus ont été unanimes à se féliciter de leur participation à la cérémonie, « pour transmettre le devoir de mémoire et tirer les leçons de ce qui s'est passé, pour que ça ne se reproduise plus ». 

Invitée spéciale à cette réunion, aux côtés de l'adjointe déléguée à la Jeunesse, Mariama Kouloubaly-Abello, la conseillère municipale Michèle Hugues, déléguée à la Coopération internationale, qui est par ailleurs l'une des chevilles ouvrières de Fos Hann Bel-Air partage, l'association à l'origine du jumelage de Fos-sur-Mer avec cette commune d'arrondissement de Dakar. L'élue a une proposition à formuler aux jeunes Fosséens : pourquoi ne pas accompagner la création d'un Conseil municipal des jeunes au sein d'un collège d'Hann Bel-Air ? Les discussions qu'elle a pu mener avec les enseignants de l'établissement sénégalais ont en effet fait émerger le souhait de la communauté éducative locale d'aller en ce sens. « Vous expliqueriez aux collégiens d'Hann Bel-Air en quoi consiste un Conseil municipal des jeunes, pourquoi vous avez souhaité en faire partie et quelles actions mène-t-il », a-t-elle suggéré. Les jeunes fosséens ont été immédiatement séduits : «Franchement, c'est un projet génial !, s'est ainsi exclamé Julien. Nous leur expliquerons notre rôle et nous apprendrons d'eux comment se passe leur quotidien. » « C'est l'occasion de rencontrer de nouvelles personnes, de savoir comment ils vivent », a appuyé Noémie. « Nous pourrons leur transmettre notre culture et nos valeurs, et eux les leurs », a ajouté Anna. « Et nous leur expliquerons pourquoi il est important que les jeunes prennent la parole », a conclu Gabriel. Voté à l'unanimité, ce projet passe dans un premier temps par l'organisation d'une visioconférence entre Fos et Dakar. Et ensuite, si les règles sanitaires le permettent, pourquoi ne pas rêver d'une rencontre réelle, et pourquoi pas au Sénégal ? La perspective a fait briller les yeux des jeunes élus fosséens. Affaire à suivre !