Chaque année, le quotidien régional La Marseillaise organise un concours départemental des meilleurs journaux scolaires, en collaboration avec le Conseil départemental. L'édition 2017 a couronné le collège André-Malraux, pour le numéro spécial du Petit Fosséen concocté par les élèves de la 402 sur le thème des réfugiés et des migrants. Un travail lancé à l'occasion de la Semaine de la presse, dont nous vous parlions en avril dernier, sous la forme d'un projet interdisciplinaire (français, histoire-géographie, anglais et espagnol).

Ils sont 23 élèves de la 402 qui ont participé à la rédaction de ce journal, mis en page par deux d'entre eux, un autre se chargeant de la rédaction en chef. La professeure de français Hélène Castellan et la documentaliste Mme Dumoulin ont pour leur part fait office de secrétaires de rédaction de luxe. Le résultat est époustouflant : des articles clairs et concis multipliant les sources et abordant la thématique sous des angles diversifiés. Un vrai travail de journaliste !

Pour féliciter les élèves était organisé un goûter durant lequel la principale du collège, Nathalie Novier, a pris la parole : « Je suis très fière de vous, a-t-elle assuré aux adolescents. Je ne le dis pas souvent, mais c'est vraiment la cas. » Et de conclure : « J'ajouterai juste un mot, pour vos enseignantes : sans elles, ce travail n'aurait pas été possible. On peut les applaudir ! »

Comment nos journalistes en herbe ont-ils vécu cette aventure ? « Le jury a été très impressionné par la qualité de notre travail et la richesse du contenu », se satisfait Axel. Un compliment de poids : « C'est un sujet que La Marseillaise traite régulièrement... », précise Claire. « J'ai interviewé une membre de l'association La plate-forme des réfugiés de Marseille, ajoute Célia. C'était très intéressant d'apprendre comment elle vient en aide aux migrants. » « Ils risquent leur vie pour atteindre la liberté », commente Anelise. « La traversée de la Méditerranée est très périlleuse; ils y passent toutes leurs économies et se mettent en danger de mort», surenchérit Gaïa. «Travailler sur ce projet m'a montré qu'il y a des gens très différents de nous et que nous avons beaucoup de chance par rapport à eux, observe Ludovic. On dit que les migrants ne font pas d'efforts pour s'intégrer mais la société ne leur fait pas confiance », déplore-t-il. Et à la question de savoir si l'on devrait mieux les accueillir, la réponse est unanime, en forme de cri du cœur : « Oui ! Ce sont des êtres humains ! »

Outre le trophée du « Canard d'or », les élèves se sont vus offrir pour la classe un appareil photo et une tablette numérique. Et La Marseillaise va se charger d'imprimer ce numéro spécial du Petit Fosséen dans une belle édition magazine et en offrira un exemplaire à chacun.

Vous pouvez vous aussi découvrir ce travail en cliquant sur la couverture ci-dessous pour visionner ses 20 pages.