La Réserve communale de sécurité civile (RCSC), héritière du Comité communal feux de forêts créé à Fos-sur-Mer il y a 30 ans, intervient en appoint des pompiers et des polices nationale et municipale en cas de risque naturel ou industriel. Forte de 49 membres bénévoles, dont 8 femmes, elle a présenté hier soir à la caserne de pompiers qui l'héberge son bilan de l'année 2019, par la bouche de son responsable, Marcel Mira.

La commune a été épargnée cette année, aucun incendie ni accident industriel n'ayant été à déplorer. Les hommes en orange n'ont ainsi pas eu besoin d'intervenir, à une exception anecdotique près : « Nous rentrions d'une remise de récompenses à la sous-préfecture d'Aix-en-Provence quand nous avons remarqué de la fumée dans le secteur entre la Mériquette et Lavalduc ; nous avons commencé à éteindre le feu qui commençait tout juste à prendre en attendant les pompiers », a raconté Marcel Mira.

Mais pas d'intervention ne signifie pas inaction, loin de là ! Outre l'encadrement de diverses manifestations communales ou associatives (les feux d'artifice par exemple), au nombre de 7 en 2019, l'essentiel de l'activité a consisté à patrouiller dans la colline, à raison d'un peu plus de 1000 heures de présence, pour 6590 km parcourus ! Il faut savoir qu'une patrouille implique deux équipiers, présents sur le terrain durant 8 heures.

Présent hier soir pour la présentation du bilan, en tant que président de la RCSC, le maire a remercié les bénévoles de la Réserve pour leur engagement, soulignant qu'ils étaient « un maillon important dans la chaîne de la sécurité ».