Sous les pannes du port de plaisance Claude-Rossi, neuf caissons remplis de coquilles d’huîtres ont été installés. Ces unités d’observation, les Biohuts©, offrent aux jeunes poissons un abri les protégeant des prédateurs, tout en ayant la possibilité d’entrer et sortir librement. Grâce aux coquillages qui fixent naturellement la nourriture, cet habitat artificiel procure un sentiment de sécurité les poussant à rester sur place pour grandir et se développer. Cet outil bien pratique permet de surveiller plus efficacement la croissance des alevins. Après avoir été installées, ces unités d’observation font l’objet d’une campagne d’observation. Elle fournira régulièrement des données essentielles sur le développement des différentes espèces présentes dans le golfe de Fos, sur leur nombre ou encore leur croissance.  Leur vocation est donc d’offrir un outil de suivi des ports en matière de biodiversité et d’abondance de jeunes poissons. Avec la Ville de Fos-sur-Mer, une vingtaine de communes, réparties sur tout le pourtour méditerranéen, de Port-Vendres à Monaco en passant par la Corse voire même le Maroc, participent à ce réseau de surveillance et collaborent ainsi à ce projet de science participative nécessaire à la préservation de l’environnement. Initié par l’AERMC, l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, en partenariat avec Écocéan, spécialiste du maintien de la biodiversité de l’environnement aquatique, le réseau « Respire » est né du constat d’une dégradation du milieu marin suite à la destruction des petits fonds côtiers du littoral. Au sein du réseau, on retrouve notamment l’Ifremer, l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer, ou encore le CNRS, Centre national de recherche scientifique. Les principaux résultats sont mis en ligne sur une plateforme de diffusion ouverte au grand public, www.medtrix.fr, qui permet de présenter les caractéristiques des zones de suivis, le nombre de poissons et les espèces présentes. Les résultats sont ainsi cartographiés sur toute la côte méditerranéenne.  À Fos-sur-Mer, les prochains relevés et observations sont prévus en juin prochain.

Connaître pour mieux protéger

En participant à ce dispositif de surveillance, la municipalité confirme ainsi la politique et les efforts engagés depuis plusieurs années dans le domaine de l’environnement et du développement durable. L’obtention de la certification Port Propre pour le port de plaisance Claude-Rossi et du label Pavillon bleu pour la qualité de nos eaux de baignade est d’ailleurs la preuve d’une bonne gestion environnementale, grâce à de nombreuses initiatives concrètes. L’Institut écocitoyen pour la connaissance des pollutions, créé en 2010 par la volonté de la Ville de Fos-sur-Mer et du San Ouest Provence, mène également de nombreuses actions de surveillance et de protection de l’environnement. La commune est aussi engagée, aux côtés de nombreux partenaires locaux, au sein du dispositif « Réponses » pour apporter des solutions face aux attentes de la population afin de réduire la pollution de l’air. 

La vie des jeunes poissons à la loupe au port de plaisance.