Mission de la RCSC : intervenir sur l’ensemble des risques majeurs, d’origine industrielle ou naturelle, et pas seulement les incendies comme lorsqu’elle était un « simple » Comité communal feux de forêt (CCFF). Son intervention peut concerner le guidage des secours, la mise en place d’un périmètre de sécurité avec la Police municipale, la participation à l’assistance de personnes sinistrées, la sensibilisation, l’information et l’alerte de la population, ainsi que la participation à des interventions techniques telles que le pompage d’eau, le déneigement...

« Nous nous mettons à la disposition des pompiers et de la police afin de sécuriser la population », explique Marcel Mira, son responsable. Pour ce faire, la RCSC dispose d’un pick-up et de trois véhicules tout-terrains porteurs d’eau, dont un 4X4 flambant neuf, équipé entre autres d’une cuve de 500 l, d’une motopompe, de trois tuyaux de 5 m, 20 m et 40 m (sur dévidoir), d’un haut-parleur et de deux extincteurs à poudre.

 

LA PROXIMITÉ AVEC LA NATURE

Les « réservistes » se répartissent en deux groupes : « Terrain », pour lequel un certificat médical d’aptitude est requis, et « Population », dont les tâches sont moins « physiques ». Chacun peut donc y trouver sa place.

Audrey Walter, 36 ans, gérante de pension équestre, appartient au groupe Terrain et patrouille à cheval, formant avec deux autres réservistes une mini brigade équestre - d’autres patrouillent en VTT. Pourquoi avoir rejoint, il y a déjà six ou sept ans, ce qui était alors le CCFF ? « À Fos, nous avons une très jolie colline, commence-t-elle. C’est important de sensibiliser le public, surtout les plus jeunes, à préserver cet espace naturel. Un mégot de cigarette, en plus de mettre un à deux ans à se dégrader, peut déclencher un incendie qui ravagera tout en quelques minutes. Il est très important pour moi aussi de "faire la chasse" aux décharges sauvages. Je ne comprends pas qu’on puisse jeter ses déchets dans la nature ! À Fos, nous avons tout ce qu’il faut, une déchetterie gratuite aux horaires très larges, un service de ramassage des encombrants… J’en ai déjà surpris en train de décharger ; je relève la plaque et le signale à la Police municipale. »

Laurence Lefebvre, infirmière de 51 ans, a pour sa part rejoint le CCFF il y a cinq ans. « Ce qui me plaît, c’est la proximité avec la nature et la protection de l’environnement, confie-telle. C’est aussi le moyen de faire preuve de solidarité envers les autres. Et puis il n’est pas inintéressant, quand on est une femme, de se pencher sur des choses auxquelles on n’est pas habitué : l’extinction des feux avec des pompes ou la conduite d’un véhicule tout-terrain ne sont pas des activités qu’on a l’occasion d’accomplir dans la vie quotidienne ! »

N’hésitez pas à rejoindre une équipe très conviviale dont vous pourrez rencontrer des membres le 3 juin, sur le marché, à l'occasion de leur Journée orange.

 

Renseignements : 06 70 19 98 13

 

Télécharger les conditions de recrutement