Depuis la publication de cette nouvelle réglementation par la Préfecture, au cœur de l'été 2020, les pêcheurs amateurs du golfe de Fos multiplient les initiatives pour faire entendre leur voix et défendre leur passion. Après un rassemblement à Martigues, ainsi qu'une réunion regroupant 250 pêcheurs au théâtre de Fos en octobre, le vote d'une motion de soutien par le conseil municipal de Fos-sur-Mer ou encore une manifestation le 19 décembre dernier, les pêcheurs se sont, une nouvelle fois, retrouvés ce samedi 27 mars, preuve de leur mobilisation et de leur détermination à continuer à pratiquer leur passion et perpétuer une activité ancestrale dans notre région.

Après s'être donnés rendez-vous sur le port de plaisance Claude-Rossi, les pêcheurs de Fos-sur-Mer ont rejoint, ce matin, par la mer, en arborant un drapeau noir sur leur embarcation, d'autres manifestants, venus des autres communes concernées, à Port-de Bouc puis Martigues. Tout comme le 19 décembre dernier, Jean Hetsch, maire de Fos-sur-Mer et René Raimondi, adjoint au maire et conseiller départemental, étaient présents pour les soutenir. Selon un premier décompte paru dans les médias, près de 200 bateaux ont participé à cette journée d'action.

Tous espèrent que cette nouvelle mobilisation permette enfin aux démarches entamées auprès du GPMM, Grand port maritime de Marseille, et des services de l'État, d'aboutir. Pour l'heure, le dossier a du mal à avancer mais les pêcheurs, réunis au sein du Collectif du golfe de Fos à l'étang de Berre, regroupant environ 1500 personnes de Martigues à Port-de-Bouc en passant par Port-Saint-Louis-du-Rhône et bien sûr Fos-sur-Mer, ne veulent rien lâcher. Des procédures sont d'ailleurs également lancées pour attaquer cet arrêté préfectoral devant la justice. La publication de cette nouvelle réglementation, portant sur les périodes de pêches, l'extension des zones interdites, le respect des espèces protégées ou encore la taille des prises ne passent vraiment pas et les arguments avancés, navigation en toute sécurité, lutte contre le braconnage et les incivilités ou encore la préservation des espèces ne tiennent pas. Ils mettent en avant une activité de loisir, souvent une belle occasion de passer de bons moments ensemble, avec des quantités de poissons pêchés tout à fait raisonnables en précisant que s'il faut bien combattre les actes de braconnages ou d'incivilités, il ne s'agit pas de pénaliser l'ensemble des passionnés qui respectent la réglementation sur les zones interdites à la pêche, la taille ou encore la quantité de poissons pêchés. Avec la manifestation de ce samedi 27 mars, ils prouvent que leur détermination est toujours aussi forte et espèrent être enfin entendus.