180 secondes pour écrire l'histoire... Hier soir dans la fournaise de la Halle Parsemain, bondée à guichets fermés de 1500 supporters tous en jaune - à part une cinquantaine de fans choraliens venus de la Loire -, les BYers ont fini par s'imposer et atteignent leur nirvana, la montée dans l'élite du basket français, au terme d'un match tout sauf facile. Après avoir réussi un superbe 1er quart-temps, comptant jusqu'à 8 points d'avance pour finir à +6, Fos Provence basket se fait reprendre et Roanne revient à égalité, 43-43 à la mi-temps. Pire, la Chorale hausse le ton et répète ses gammes, impeccable aux tirs à trois points, fait monter l'écart jusqu'à +4 en sa faveur, pour pointer à la fin du 3e quart-temps avec deux unités d'avance. Tout se jouera donc dans le dernier quart-temps. Fos égalise à 61-61, Roanne reprend 4 points d'avance, les Black & yellow repassent devant à 67-65, le public fosséen explose mais les Ligériens opposent une résistance acharnée et reprennent l'avantage 68-70. La BYer family se ronge les sangs. Et l'on en arrive à ces fameuses 180 ultimes secondes : poussés par leurs supporters debout, faisant un vacarme de tous les diables, les basketteurs fosséens, à l'énergie et la combativité, n'encaissent plus un seul panier et font fructifier leur capital jusqu'à +6, 76-70, score final. Et Parsemain chavire de bonheur !

Rémi Giuitta, le coach de toujours, ne tarit pas d'éloges : « C'est fantastique ! C'est une très grande fierté; fier de mes joueurs, surtout. Parce qu'on a un groupe vraiment exceptionnel, de vrais guerriers, vous l'avez vu ce soir dans un contexte difficile... Des mecs avec un cœur énorme, et je les remercie parce que c'est un rêve, un rêve... Ça fait treize ans que je coache, avec ce rêve fou dans un coin de ma tête, avec le président, avec la Ville, et grâce à eux, on y est, on leur doit tout, merci à tous ! » Et merci particulièrement hier soir à Pierre Pelos, meilleur marqueur du match avec 20 points et désigné MVP (most valuable player, meilleur joueur quoi !). Édouard Choquet, l'indispensable meneur de jeu, champion de France avec l'Asvel en 2016, sélectionné pour le All-Star Game avec Châlons-Reims en 2017, déclare pourtant : « Avec le public qu'il y avait ce soir, c'est un sentiment incroyable; en plus le match a été très dur, on a souffert, mentalement ça a été très dur, et à la fin on gagne... Franchement je souhaite à n'importe quel sportif dans sa carrière de vivre ça. Fos, c'est 17 000 habitants : monter en Jeep Élite, c'est une belle histoire et on le mérite. »  Et « La Choque » de danser avec son fils dans les bras... L'emblématique capitaine, Mamadou Dia, 40 ans et 13e saison au club, avoue ne pas encore réaliser et tire son chapeau aux supporters : « Merci à tout le monde, ce soir, vous nous avez faits voler ! Je pense que si on n'a pas ce public, on perd. » René Raimondi n'est pas moins enthousiaste : « On l'a fait ! La légende continue. C'est l'aboutissement d'un rêve qui dure déjà depuis quelques années... L'ambiance était digne ce soir de Roanne, où il y avait 5000 personnes ! Bravo aux Fosséens et bravo à nos merveilleux joueurs. »

Au terme d'une fin de saison éblouissante, Fos obtient ainsi sa 12e victoire d'affilée et touche enfin son rêve. Rendez-vous l'an prochain en Jeep Élite, où le défi s'annonce très compliqué... Mais chaque chose en son temps : le basket provençal attendait depuis 56 ans de compter un club au plus haut niveau français. C'est chose faite : merci Fos Provence basket !

Ne manquez pas la galerie photo du haut de la page, qui vous fait revivre la soirée à travers 91 clichés de Michel Serra.