Vendredi 15 décembre, Jean Hetsch, le maire de Fos-sur-Mer, et Claudie Bigotte, conseillère municipale déléguée à la Vie culturelle et artistique, ont assisté au vernissage de l’exposition photographique, « Fos-sur-Terre », qui se tient au centre culturel Marcel Pagnol, jusqu’au 13 janvier 2019. Dialoguent, dans une scénographie originale et valorisante, des œuvres réalisées entre 1984 et 1988, d’auteurs devenus aujourd’hui des artistes majeurs, et celles de sept étudiants, photographiées en 2017-2018, de l’École nationale supérieure de la photographie d’Arles (ENSP).

A l’occasion de ses vingt ans, en 1983, la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (Datar) a lancé une vaste commande artistique de photographies ayant pour objet de « représenter le paysage français des années 1980 ». La commune de Fos-sur-Mer, dont l’implantation d’un des plus importants complexes industrialo-portuaires d’Europe a profondément modifié le paysage dans les années 60-70, est concernée par cette commande. Dès 1985, Lewis Baltz choisit d’arrêter son regard sur Fos. Ce mouvement se poursuit avec trois autres artistes photographes et un écrivain critique d’art, John Davies en 1994, Jean-Louis Garnell en 1995, Gabriele Basilico en 1996 et Bernard Lamarche-Vadel en 1997. Ces photographies font aujourd’hui partie des collections de l’Artothèque de Miramas, tout comme la remarquable série « Fos Secteur 80 » de Lewis Baltz, acquise par l’association Fos action culture en 1995.

En 2017, sept étudiants de l’École nationale supérieure de la photographie d’Arles ont mené, dans le cadre d’un atelier pédagogique, une double enquête sur le territoire de Fos-sur-Mer et sur l’histoire de cette commande photographique de la Datar. Animé par Christian L’Huillier et Gilles Saussier de l’ENSP, et enrichi de l’apport d’intervenants extérieurs, cet atelier s’est déroulé sur une année universitaire et se poursuivra en 2019.

Une première étape de ce travail en forme d’écho artistique et de dialogue entre deux points de vues sur un même territoire est à découvrir jusqu’au 13 janvier 2019. Lors du vernissage, Claudie Bigotte, conseillère municipale déléguée à la Vie culturelle et artistique, a partagé son grand intérêt pour cette exposition, soulignant d’un « bravo ! » enthousiaste le travail artistique et muséographique,  « impressionnant »,  des jeunes photographes de l’ENSP.

Jean Hetsch, le maire de Fos-sur-Mer, a rappelé qu’ « il y a 20 ans, l’association Fos Action Culture a réalisé une commande photographique auprès de Lewis Baltz, en lien avec celle de la Datar. Le résultat de ce travail qui s’est déroulé sur plusieurs années a dressé un portrait de ville, que certains avaient du mal à accepter ».  Pour autant, aujourd’hui, la valeur incontestable de ce travail offre « un patrimoine inestimable, qui voyage à l’international, exportant l’histoire contemporaine de Fos-sur-Mer au-delà des limites de notre commune ». Plus encore, « cette exposition, dans la confrontation qu’elle offre entre passé et présent, peut enrichir notre réflexion sur l’aménagement du territoire et le cadre de vie de nos habitants. Il faut savoir se saisir des regards artistiques pour éclairer notre réflexion ».