« C'est vraiment un beau projet, nous le renouvellerons l'an prochain », nous a confié Nathalie Novier, la principale du collège André-Malraux, lors du vernissage de l'exposition qui se tient à la médiathèque jusqu'au 30 juin. Sous le titre de Fos, hier, aujourd'hui, demain, elle présente le travail entrepris dès le début de l'année scolaire par les élèves de la 403, sous la houlette de leurs professeurs de français, Hélène Castellan, et d'arts plastiques, Julien Étienne. Nady Villecroze, élue déléguée à l'Action sociale qui représentait Jean Hetsch, le Premier adjoint empêché, a chaudement félicité l'ensemble des participants de ce projet.

Tout est parti d'une correspondance entretenue par les collégiens avec des personnes âgées isolées, grâce à l'intervention du Centre communal d'action sociale (CCAS). L'idée était que ces missives créent un lien entre les adolescents et les seniors, pour sortir ces derniers de leur isolement et que chacun s'enrichisse au contact de l'autre. Un objectif si bien atteint que le premier échange épistolaire s'est doublé d'un second, que les « mamies » sont venues au collège pour rencontrer la classe, qu'elles ont été invitées à partager le repas de Noël à la cantine de l'établissement puis que le CCAS a organisé tout récemment un pique-nique à la Bergerie, pour réunir à nouveau adolescents et seniors. S'adressant aux élèves de Malraux lors du vernissage, Nicolas Aimar, responsable du service Santé, Prévention, Handicap du CCAS, leur a lancé : « Vous ne pouvez pas savoir le bien que vous avez fait ! »

Mais ce projet intergénérationnel n'en est pas resté là : l'idée a germé de réaliser cette exposition sur le thème de la ville d'hier, d'aujourd'hui et de demain. Ce sont bien sûr les personnes âgées qui ont fourni aux collégiens la matière pour traiter la partie concernant le passé, en puisant dans leurs souvenirs pour raconter leur jeunesse. De là, les élèves ont créé un journal intime fictif, mélangeant les expériences de leurs interlocutrices pour narrer le village de Fos du milieu du XXe siècle. Pour la ville du présent, les collégiens ont présenté la vision qu'ils en ont, après s'être documentés concernant les aspects patrimoniaux comme le château de l'Hauture. Pour le futur enfin, ils ont imaginé une dystopie - contraire d'utopie -, terme ainsi défini par le dictionnaire Larousse : « description, au moyen d'une fiction, d'un univers déshumanisé et totalitaire, dans lequel les rapports sociaux sont dominés par la technologie et la science ». Les élèves ont ainsi, en arts plastiques, réalisé un paysage fictif de leur ville, procédant à une superposition d'images mêlant prises de vue réelles, infographie et modélisation 3D. Construction de décors en papier, mis en scène par l'éclairage et la photographie, intégration infographique de l'image obtenue dans une prise de vue de la ville réelle, conception, modélisation 3D et intégration d'une architecture futuriste dans l'image précédents ont été les étapes de ce travail. N'hésitez pas à venir découvrir en personne cette exposition à la médiathèque !

Renseignements :
Médiathèque de Fos
04 42 11 32 15