« Nous sommes contents de reprendre les adoptions ; les animaux commencent à trouver le temps long... » Catherine Dautheribes, la présidente de l'association Fos animalia, se réjouit de pouvoir à nouveau accueillir le public : depuis le début du confinement, les locaux étaient fermés. Ce n'est plus tout à fait le cas depuis le début de la semaine  : les personnes intéressées par l'adoption d'animaux, si elles satisfont aux conditions fixées par l'association, après un entretien téléphonique, peuvent obtenir un rendez-vous. Ainsi, elles sont reçues foyer par foyer, afin de respecter la « distanciation sociale », et faire la connaissance des 25 chiens et de la trentaine de matous qui attendent une famille. « Nous avons aussi trouvé à La Fossette deux boucs, quatre chèvres et trois chevreaux, mais nous n'avons pas besoin de trouver quelqu'un, un berger va nous les adopter », précise Catherine Dautheribes. Si vous êtes intéressé par adopter un compagnon à quatre pattes, commencez par consulter le site de l'association (www.fosanimalia.fr) : vous y trouverez les photos des chiens et des chats, avant de composer le 04 42 05 08 30. N'hésitez pas à laisser un message, le répondeur est consulté régulièrement.


Un chien lavé à l'eau de javel !

 

À Fos-sur-Mer, la fourrière municipale et l'association Fos animalia sont très étroitement liées. Ainsi, les salariés sont pris en charge à 50% par la mairie, la fourrière dépendant de la police municipale. Sa responsable est Karine Orset, qui fait partie des quatre agents qui « tournent » en ce moment, en effectif réduit, pour assurer la continuité du service. La mission consiste à récupérer les animaux errants, en attendant que leurs propriétaires se manifestent. Concernant les chats errants, ils sont prélevés sur le terrain, stérilisés et ramenés ensuite sur le site où ils ont été trouvés, afin d'éviter leur prolifération. Catherine Dautheribes est à ce sujet un peu inquiète : depuis le début du confinement, cette mission n'est plus assurée et elle craint de nombreuses naissances de chatons à venir. Pour les animaux du chenil et de la chatterie que leurs propriétaires ne viennent pas réclamer, la fourrière municipale passe le relais à Fos animalia, qui se charge des adoptions. En cette période, la présidente de l'association a-t-elle noté une recrudescence des abandons ? « Non, contrairement à d'autres régions où l'on assiste à une explosion, les Fosséens ont été raisonnables, rassure-t-elle. Certains avaient peur d'une contamination au Covid 19 par leur animal, mais nous leur avons expliqué que c'était impossible et nous avons ainsi pu éviter des drames. Nous avons eu aussi, par messagerie interposée, le propriétaire d'un chien – qui n'est pas de Fos – qui l'avait lavé à l'eau de javel ! Heureusement, le chien s'en est sorti. » Rappelons donc à tous nos lecteurs qu'ils ne risquent rien à fréquenter des animaux, ainsi que l'a rappelé très officiellement l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses), dans son rapport du 15 avril dernier : « aucun cas de contamination de l'Homme par un animal de compagnie n'a été à ce jour rapporté ». Soyez donc sans crainte et n'hésitez pas à contacter Fos animalia : ses hôtes à quatre pattes n'attendent que vous.