L’Espace santé jeunes (ESJ) du Pays martégal, jusqu’alors implanté à Martigues et Port-de-Bouc et proposant des consultations à Istres, ouvre son antenne à Fos-sur-Mer ! La Ville a en effet signé une convention en ce sens avec l’hôpital de Martigues, dont dépend l’ESJ, s’engageant du même coup à participer au financement du projet par une subvention annuelle de 4500 €. Il s’agit d’une nouvelle étape dans le partenariat engagé en 2011 entre la municipalité, par le biais du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD), et le Centre hospitalier. Après avoir mené des interventions collectives sur des thématiques ciblées telles que l’absentéisme scolaire et le décrochage, les relations entre filles et garçons, le harcèlement à l’école, les dangers d’Internet et des réseaux sociaux ou les regards croisés sur le handicap, l’ESJ et le CLSPD ont réalisé une analyse de pratiques professionnelles auprès des agents municipaux et des partenaires de la Ville travaillant avec les 12-25 ans. Au terme de ces cinq ans de partenariat, une réunion de bilan et perspectives s’est tenue le 1er décembre 2016 et a tiré la conclusion suivante : en l’absence de planning familial ou de centre hospitalier sur la ville, le partenariat Ville-Centre Hospitalier est essentiel pour les jeunes fosséens et leurs familles. Et l’antenne de l’ESJ de Port-de-Bouc est passée de 26 personnes reçues en 2013 à 42 en 2015 : il importait dès lors de permettre aux jeunes fosséens non mobiles de disposer d’un lieu, neutre, accessible et discret, où pouvoir se rendre sans besoin d’autorisation parentale.

 

« Des mots sur des maux »

 

Depuis le 29 mars dernier, les locaux du CLSPD, 11, place de la Paix, accueillent les mercredis matins sur rendez-vous des consultations avancées, individuelles, confidentielles et éventuellement anonymes. Détaché de l’hôpital de Martigues, l’infirmier en santé mentale Eddy Petitjean y reçoit les 12-25 ans, mais aussi les parents ou les professionnels, pour aborder tous types de problèmes psychosociaux : souffrance morale, problèmes scolaires et familiaux, idées noires et pulsions suicidaires, harcèlement, trouble du comportement social, violences à autrui, envers soi-même, sexualité, addictions, isolement… La mission est triple : évaluation, prévention et orientation éventuelle vers d’autres structures. « C’est une expertise de bien-être, au travers d’entretiens adaptés à la tranche d’âge, avec beaucoup d’échanges », explique l’infirmier, qui manie volontiers l’humour et s’y entend pour mettre à l’aise ses interlocuteurs. Parce que l’objectif est d’abord de permettre à ces jeunes de s’exprimer, « de mettre des mots sur leurs maux », résume Mylène Reginato, coordinatrice du CLSPD. L’Éducation nationale est le premier orienteur (CPE, assistants sociaux, infirmiers…), mais ces jeunes peuvent aussi être adressés à l’ESJ par le Centre social, la Mission locale, parfois par des médecins… La principale du collège, Nathalie Novier, soutient ce projet et a donné son accord pour que ses élèves s’y rendent durant leur temps scolaire (avec l’autorisation des parents). « Nous les recevons le temps nécessaire », précise Eddy Petitjean. Une aide vraiment bienvenue pour des adolescents souvent si fragiles.

Locaux CLSPD - 11, place de la Paix
Tous les mercredis matin sur RV
Renseignements : 04 42 47 77 63